Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guide de la protection judiciaire de l'enfant

Le "Guide de la protection judiciaire de l'enfant" est en téléchargement libre.

Pour l'obtenir cliquez ici.

Paroles de juges sur Facebook

Sur Facebook, les articles, et d'autres choses en plus.

C'est ici.

Publié par Parolesdejuges

Par Dominique Coujard

  L'arrêt Moulin, rendu par la Cour européenne des droits de l'homme le 23 novembre, vient de donner un coup d'arrêt spectaculaire à une dérive procédurale française qui allait s'accélérant depuis quelques années.

  Notre paysage judiciaire était, jusque dans les années 1980, dominé par deux figures tutélaires : le juge et le procureur. Les avocats, considérés comme des gêneurs étaient réduits au rôle d'utilité.Est-ce dû au besoin grandissant de sécurité de nos concitoyens ? Cet équilibre entre les juges et les procureurs s'est déplacé, au fil du temps vers un nouvel équilibre entre les procureurs et la police.

  Le phénomène fut tel que de nombreuses missions jusque-là dévolues aux juges, ont été confiées aux procureurs de la République et à leurs substituts. Ces derniers se virent confier un attribut nouveau : celui de prononcer des peines, et non plus seulement de les requérir.

  Non pas toutes les peines, mais certaines, avec l'accord des bénéficiaires. Outre l'instauration de la procédure de composition pénale, de médiation pénale, du plaider coupable à la française, ils se virent également confier des pouvoirs accrus dans les enquêtes préliminaires, et la suppression, apparemment abandonnée, du juge d'instruction en est la plus spectaculaire illustration.

  L'argument avancé pour justifier le fait que les magistrats du parquet fassent une grande partie du travail des juges, était que les uns comme les autres étaient des magistrats.

  Le Conseil constitutionnel, lui-même a apporté son onction à cette idée puisque dans une décision du 11 août 1993, reprise régulièrement depuis, il affirma que "l'autorité judiciaire qui, en vertu de l'article 66 de la Constitution, assure le respect de la liberté individuelle, comprend à la fois les magistrats du siège et ceux du parquet".

  Autrement dit : pourquoi ne pas confier aux procureurs certaines des missions des juges dès lors que les uns comme les autres sont magistrats, gardiens de la liberté individuelle ? A force de recours devant la plus haute juridiction européenne, Strasbourg a fini par mettre les points sur les I.


  On sait que depuis l'arrêt Medvedyev du 29 mars 2010, les magistrats du parquet français ne satisfont pas aux standards européens permettant à l'Europe de les considérer comme tels. La notion de magistrat, elle-même, est devenue un concept prétorien, c'est-à-dire défini par les juges, et non par la loi, comme on pouvait jusque-là le penser.

  L'arrêt Moulin, qui vient d'être rendu fin novembre est plus précis encore, puisqu'il affirme que "l'indépendance compte au même titre que l'impartialité parmi les garanties inhérentes à la notion autonome de magistrat au sens de l'article 5 § 3…", lequel concerne, notamment, la garde à vue.

  Ainsi donc, la CEDH nous dit-elle que même si on devait décider de le rendre indépendant, le procureur, qui a fonctionnellement la charge de la poursuite, ne pourra jamais être ce magistrat impartial qu'elle exige pour contrôler les atteintes aux libertés.

  Jusque-là, certains avaient pu croire qu'il suffirait de donner leur indépendance aux magistrats du parquet pour lever la contradiction. Ils devront changer d'avis.

  Deux conséquences majeures doivent être tirées de cette jurisprudence européenne. La première, c'est qu'en France, le seul garant de la liberté individuelle, c'est le juge. On s'en doutait, mais cela va mieux en le disant.

  La seconde est que cette fameuse décision du Conseil constitutionnel du 11 août 1993, évidemment incompatible avec la jurisprudence Moulin, est obsolète.

  On objectera que les normes conventionnelles ne s'imposent pas hiérarchiquement aux normes constitutionnelles. C'est exact, mais imagine-t-on le Conseil constitutionnel soutenir longtemps encore que le parquet, comme le siège, assure le respect de la liberté individuelle, au risque d'être désavoué à l'occasion du moindre recours devant la CEDH ? Ni magistrat amphibie, ni chauve-souris de l'ordre judiciaire tenant à la fois du rat et de l'oiseau, du juge et du soldat, pour paraphraser Victor Hugo, le magistrat du parquet ne perdra rien à être pleinement le défenseur de l'intérêt général. C'est, depuis toujours, sa noble mission. C'est d'ailleurs le sens du mot avocat général, synonyme de procureur devant les cours d'assises.


  Liberté individuelle, d'un côté, intérêt général, de l'autre, il fallait bien qu'un jour ces deux exigences qui s'affrontent si souvent dans l'espace judiciaire, soient représentées par des acteurs distincts, bien identifiés par les justiciables. Ce jour semble venu.

  Au-delà de l'affirmation que, seul, le juge garantit la liberté individuelle, quelles leçons devons-nous tirer de ces deux arrêts pour les réformes à venir ? Que le rééquilibrage de la procédure pénale est indispensable et urgent, et qu'il ne peut être réalisé qu'en redonnant sa place à un juge réellement indépendant au milieu d'un dispositif où la défense constitue un réel contrepoids à ce que le Pr Delmas-Marty appelle le couple police-parquet.

  Que le temps n'est pas encore venu où l'exigence de sécurité fera oublier l'aspiration à la liberté.


Commenter cet article