Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guide de la protection judiciaire de l'enfant

Le "Guide de la protection judiciaire de l'enfant" est en téléchargement libre.

Pour l'obtenir cliquez ici.

Paroles de juges sur Facebook

Sur Facebook, les articles, et d'autres choses en plus.

C'est ici.

Publié par Parolesdejuges

Par Michel Huyette


  Le Président de la République vient de confier à Mr Bockel, secrétaire d'Etat à la justice, une "mission de réflexion et de propositions sur la prévention de la délinquance des jeunes" devant aboutir, pour le mois d'octobre, à la remise d'un rapport. (cf. ici)

  Il est demandé au secrétaire d'Etat, notamment, de s'intéresser "à la prévention sociale et éducative de la délinquance des mineurs", de rechercher les "bonnes pratiques" en France comme à l'étranger, et de formuler des "propositions innovantes".

  Après une déferlante de discours et de mesures sécuritaires qui ont enflammé cet été 2010 et généré de très nombreuses polémiques, et après des propositions étonnantes pour le juriste telle la sanction pénale des parents pour les actes commis par leurs enfants (nous y reviendrons peut-être plus tard), voici une demande qui semble légèrement pondérer une approche uniquement répressive des dysfonctionnement sociaux.

  Une étude spécifique pourrait en effet paraître intéressante si au cours des années passées il n'avait autant été écrit sur la prévention de la délinquance des mineurs, le plus récent rapport étant de.... février 2010 ! (cf. ici)

  Les livres, rapports, études, articles sur la délinquance des mineurs et sa prévention peuvent remplir d'immenses bibliothèques, à tel point que, les professionnels de terrain le savent, tout, absolument tout, a déjà été écrit sur ce sujet.

  Citons parmi bien d'autres documents :

  - "Prévenir la délinquance des jeunes, un enjeu pour demain"  Ministère de la justice, 2010

  - "Mise en oeuvre de la loi sur la prévention de la délinquance"  Conseil national des villes, 2009

  - "La prise en charge sanitaire, psychologique et psychiatrique des personnes mineures"  Assemblée Nationale, 2009

  - "Aspects de l'ordonnance de 1945 vus par 331 mineurs"   Ministère de la justice, 2008

  - "L'adolescence en crise"   Sénat,  2003


  - "La délinquance des mineurs, la République en quête de respect"    Sénat, 2002

  - "Les politiques territoriales de prévention et de traitement de la délinquance des mineurs"   ENA,  2000

  - "Réponses à la délinquance des mineurs"  Premier ministre, 1998

  - "Le traitement des intraitables, l'organisation sociale de la récidive chez les jeunes"   Mission de recherche droit et justice 1998

  - "La protection de l'enfance et de la jeunesse dans un contexte social en mutation"   Conseil économique et social 1998

  - "Protection de la jeunesse et délinquance juvénile"  Premier ministre 1996

  Et plus encore peut-être, il faudrait que tous les citoyens qui souhaitent être informés aient accès aux innombrables rapports rédigés par tous les travailleurs sociaux qui connaissent parfaitement les problématiques familiales et s'emploient à les solutionner. Ce serait certainement la source  d'informations la plus intéressante, et la plus fiable.

  Que trouve-t-on dans ces milliers de pages ? En substance toujours la même chose qui se résume de la façon suivante : les enfants qui se marginalisent, notamment en ayant des comportements délinquants, sont dans la très grande majorité des cas des enfants en grande souffrance, qui présentent de réels troubles de la personnalité, et qui ont besoin d'un soutien durable et pluridisciplinaire. Et au coeur des problématiques se trouve la déscolarisation découlant d'un retard d'apprentissage et entraînant une forte perte d'estime de soi, porte grande ouverte vers le désordre intérieur, l'errance, et les comportements aberrants.


  Alors finalement, puisque l'on connaît parfaitement les causes et que l'on sait tout autant quels sont les remèdes, cela depuis longtemps, la question fondamentale est celle-ci : pourquoi une société qui demande avec autant de vigeur que certains de ses enfants changent de comportement et soient mieux insérés en son sein refuse-t-elle en même temps de se donner les moyens d'obtenir le résultat espéré alors qu'elle sait fort bien ce qui pourrait être efficacement mis en place ?

  Quelques éléments de réponse semblent pouvoir être esquissés.

  Il est toujours difficile de décider de donner de l'argent au bénéfice de ceux qui nous dérangent/agressent, ou en tous cas ceux que l'on perçoit surtout comme des individus qui ne respectent pas les règles communes. Il n'est donc pas simple de convaincre ceux qui ne savent pas bien ce qui se passe que sous des apparences  parfois détestables, il y a dans chaque mineur un potentiel positif à exploiter pour peu que l'on accepte de reprendre les problèmes à la base et que l'on s'en donne les moyens matériels et humains, et donc les moyens financiers. Au demeurant, s'agissant de l'aspect financier, il faut avoir en tête que si la prévention entraîne des dépenses importantes, la répression coûte une vraie fortune (chaîne répressive - police, justice, exécution des peine ; services éducatifs - éducateurs de milieu ouvert, foyers d'accueil ; services de santé, de psychiatrie etc..).

  Observer, analyser, réfléchir, agir, élaborer des projets, des stratégies, accompagner, aider, encourager, soutenir, cela demande autrement plus de courage et d'efforts que sanctionner. Mettre en place une véritable politique de prévention  de la délinquance, c'est mettre en place une autre politique sociale, économique, éducative, c'est réinventer des solidarités.  C'est un vaste chantier. Alors que punir ne demande aucun réel effort.

  Les informations arrivant aux citoyens en temps réel, ceux-ci attendent des réponses avec la même vivacité. Il semble de plus en plus exclu de prendre du temps et, quand il s'agit d'analyser des phénomènes complexes, de différer la réponse juqu'au moment où celle-ci est suffisamment élaborée pour être crédible et efficace. Doù ces lois ou propositions de lois qui apparaissent après des faits divers, sans aucun temps d'élaboration raisonnable. De ce fait, les citoyens se voient proposer des slogans plus que des solutions.

  S'interroger sur les raisons pour lesquelles certains enfants grandissent mal et se désocialisent, cela impose d'accepter la réalité telle qu'elle est. Et quand il est question entre autres problématiques de manque de personnels de soutien scolaire, de ghettoïsation de certaines cités par disparition de la mixité sociale, de discrimination ethnique à l'embauche envers les candidats au nom exotique, de services de pédo-psychiatrie surchargés (1) ou de services éducatifs qui tardent à s'occuper des mineurs (2), il n'est plus possible de montrer du doigt les enfants et leurs parents en proclamant haut et fort : "voilà les responsables de tous les problèmes, il faut les punir'. Car c'est de politique nationale qu'il est question, et cela engage une responsabilité collective qu'il faut autrement plus de courage pour affronter que pour envoyer des personnes en prison.

  Alors, quand se pressent l'incapacité à apporter des réponses efficaces à des phénomènes complexes, la tentation est grande chez les responsables politiques de détourner l'attention du public et de dissimuler les carences étatiques sous les responsabilités individuelles. "C'est pas nous c'est les autres", comme dans la cour de l'école quand les enfants sont pris la main dans le sac.


  Sans doute est-il absolument indispensable de sanctionner tous ceux qui franchissent la ligne jaune et dont le comportement est intolérable pour l'ensemble de la collectivité. Mais la répression c'est la marque de l'échec, c'est le symbole d'une incapacité collective à faire en sorte que chaque membre du groupe ait les moyens d'évoluer, et pour les plus jeunes de grandir, de façon suffisamment sereine et équilibrée. Et tout le monde est gagnant quand la prévention est privilégiée. Les plus jeunes qui déraillent moins, et toute la société qui est moins agressée. Favoriser la prévention c'est une avancée positive pour tous les membres du groupe, pas uniquement pour ceux qui en bénéficient.

  Malheureusement, il semble que nous allions actuellement dans une direction inverse.



  Tel que c'est parti, il est probable que chaque année un responsable politique sollicite un nouveau rapport sur la façon de prévenir la délinquance des mineurs. Et que ce document aille prendre la poussière à côté des autres, la volonté de lutter avec acharnement à la racine du mal n'ayant jamais existé jusqu'à présent.

  Mais il est vrai que chez nous aussi, parfois, nous glissons la poussière sous le tapis pour nous persuader qu'il n'y en a plus. C'est moins fatiguant que nettoyer de fond en comble.

  Mais ce n'est  ni courageux, ni glorieux.



---
1. Dans le service de pédo-psychiatrie d'une grande ville française, le délai d'attente avant la première consultation est actuellement de...2 années.
2. Dans certains tribunaux les décisions ordonnant des interventions éducatives auprès de mineurs et de leurs familles ne sont exécutées qu'après un délai d'attente de plusieurs mois, faute de travailleurs sociaux en nombre suffisant.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pascal Rolland Avocat doctorant 02/09/2010 21:44



Bonsoir Monsieur le Président, votre article pourrait se résumer ainsi:  le métier de la femme ou de l'homme politique consiste à se créer  du travail à l'effet de se
prouver qu'il, ou elle, est utile. Espérons qu'avant de confier la rédaction de son rapport à ses énarques, M. Bockel aura en tête cette citation de Boileau:" avant que d'écrire, il
faut penser." Désolé de plaisanter sur un sujet aussi grave, mais parfois, il nous faut trouver un peu de détente. Je sais, comme vous me l'avez dit, que vous trouvez un peu de répit à l'abri de
votre veranda et dans la taille de haie. Agréable soirée Monsieur le Président.


Me PR



JMT 02/09/2010 16:07



Fort bien, fort bien, faut-il encore contenter le caprice du chef de l'Etat ? Et comment peut-on imaginer que le pays, champion des prélèvements obligatoires en Europe, muni du système social le
plus cher du monde et pas le plus efficace, 11° rang seulement, rappelons-le, qui s'apprête à une déferlante d'impôts supplémentaires, qui a saboté sciemment son potentiel industriel par des
réformes imbéciles autant que soudaines et politiciennes, menées sans réflexion, sur des chiffres manipulés, puisse faire une approche rationnelle de la délinquance juvénile ?


Déjà, le clivage politique, je devrais dire électoral, est tel que toute réforme se heurte à des cris d'orfraie de l'opposition, mutatis mutandis. Le vocabulaire politique est très affaibli et
s'inspire, pour de banales questions pragmatiques, de mots tirés des plus grands crimes de l'histoire.


Comment penser qu'un pays qui aligne ses crimes comme autant de raisons de battre sa coulpe et donner des gages au monde qui le hait pourrait aimer sa jeunesse ? Les empires s'effondrent
quand l'autorité disparaît. Right or wrong, my country.


Nous avions, dans la Justice, les excellents chantiers JET. Disparus, je crois. On en vient à la confusion institutionnelle quand Madame d'Arc contemporaine propose de mettre les militaires en
activité à la surveillance et l'encadrement des jeunes.


Après tous les rapports que vous signalez, cher MH, la raison simple, terre à terre voudrait qu'on les synthétisât, d'abord. Il doit y avoir du très bon là-dedans.


Quant à la prévention, en soi, vous avez un  raisonnement de magistrat dépité. Ca peut être utile, la prévention, quelquefois, mais, d'une part, à quel prix ? d'autre part, sur quels sujets
?


S'il s'agit de compenser les envies des jeunes sollicités et spectateurs impuissants du mode de vie ruineux, aucun budget ne le comblerait et je crains que les français ne montrent bientôt un
certain agacement devant le tonneau de la Sécu, dont personne n'est en mesure de dire qui en a percé le fond. Eric Orsenna tempêtait récemment encore contre les dépenses bêtes faites par les
particuliers au détriment du plaisir simple de l'alimentation. Souvenez-vous et voyez encore les jeunes des banlieues partir en stage de voile, de moto, de cheval, cela a t'il donné un atome de
comportement responsable ? Chez quelques-uns, ce qui pose la question des sujets bénéficiaires.


Il y a des quantités de sujets qui sont réfractaires, profitent de vacances comme d'un dû, des allocations comme d'un job sans peine et des RSA ouRMI comme un complément de l'activité au noir.
Ceux-là sont intouchables, irrécupérables. Il y a aussi ceux qui ne sont français qu'administrativement et que l'abandon général des valeurs morales place en position de profiteurs haineux des
céfrans. Irrécupérables aussi. Le sujet concerné est, déjà, au départ, une élite. Celui-là s'en sortira toujours et la promotion sociale, qui existe, n'en déplaise à la gauche, l'accompagnera :
Lycées d'excellence, Sc Po, formations militaires d'élite, apprentissages de haut niveau, ça existe aussi, etc..... Je suis toujours émerveillé par les jeunes  de toutes origines qui
concourent pour le meilleur ouvrier de France.


Pour la masse, indistincte, soumise à la tentation de la délinquance, pour l'argent facile ou l'orgasme ravageur, il n'y a que la discipline consentie, dont l'exemple doit venir des organes
d'information, des administrations et, hélas, des politiques. C'est là-dessus que butera toujours la solution: nos poliotiques sont incapables car ils sont avant tout, des élus préoccupés de leur
réélection à travers des organes partisans qui assurent la déperdition des bonnes volontés et des projets.


Vous pouvez espérer tant qe vous voudrez, tant que notre structure politique ne sera pas modifiée dans son esprit, l'élaboration d'une société respectueuse de ses institutions ne sera qu'une
nuée.