Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guide de la protection judiciaire de l'enfant

Le "Guide de la protection judiciaire de l'enfant" est en téléchargement libre.

Pour l'obtenir cliquez ici.

Paroles de juges sur Facebook

Sur Facebook, les articles, et d'autres choses en plus.

C'est ici.

Publié par Parolesdejuges

Par Michel Huyette


  Lorsque s'est ouvert à Tours le procès de cette femme qui a tué trois enfants à leur naissance, en a brûlé un et en a mis deux autres dans un congélateur, les avocats ont demandé le huis clos. Et la cour d'assises a refusé.

  Voici quelques brèves précisions sur les circonstances autorisant le huis clos.

  Le principe de la publicité des débats est l'un des principes les plus fondamentaux des institutions judiciaires des pays démocratiques. Il est en effet indispensable que tous les citoyens qui le souhaitent puissent contrôler comment la justice est rendue. Une justice qui se cache derrière des murs est la plupart du temps une justice pervertie.

  Au demeurant, la publicité des débats est aussi, au moins en théorie, une réelle garantie pour les magistrats. Quand les audiences sont publiques il est beaucoup plus difficile pour les parties, et notamment pour les avocats, de dire en sortant de la salle à laquelle eux seuls ont accès des choses qui ne correspondent pas à la réalité de ce qui s'y est passé. Comme cela se produit bien trop souvent.

  Il n'empêche que dans certaines circonstances, à titre exceptionnel, une autre préoccupation peut apparaître encore plus importante que la publicité des débats, et justifier que l'accès du public à la salle d'audience soit réduit. C'est pour cela que la loi a prévu des exceptions, notamment en matière criminelle.

  D'abord, le huis clos (c'est à dire l'absence dans la salle de personnes étrangères à l'affaire) est de droit (c'est à dire que la cour est dans l'obligation de l'ordonner) quand l'accusé est poursuivi pour viol, ou pour tortures et actes de barbarie accompagnés d'agressions sexuelles. (art. 306 du code de procédure pénale).

  Dans de tels cas c'est la partie civile (la personne qui se prétend victime) qui décide, seule, si le procès est ou non ouvert au public.

  L'article 306 prévoit, en dehors de ces infractions spécifiques, que "les débats sont publics, à moins que la publicité ne soit dangereuse pour l'ordre ou les moeurs. Dans ce cas, la cour le déclare par un arrêt rendu en audience publique."

  Parce que comme indiqué plus haut le principe de publicité est un principe fondamental, la notion de danger pour l'ordre ou les moeurs doit être entendue restrictivement. Acceptée trop facilement, elle pourrait vider le principe de la publicité de son contenu.

  On comprend bien que dans un procès tel celui de cette femme infanticide qui s'est ouvert à Tours, non seulement l'accusée mais tout autant si ce n'est plus les membres de sa famille (conjoint, parents, enfants mineurs représentés par un avocat) trouvent très pénible que les medias évoquent en détail chaque aspect du dossier, et reproduisent chaque jour les propos et les  moindres attitudes de chacun.

  Mais cette gêne, qui peut être profonde, ne suffit pas à conclure que la publicité des débats serait de nature à créer un "danger" pour "l'ordre ou les moeurs". Tel n'est manifestement pas le cas.

  Le danger pour l'ordre apparaît notamment quand il a été constaté la présence durable de perturbateurs dans la salle, ou la présence de personnes venant pour tenter, même silencieusement, d'influencer par l'intimidation le déroulement des débats par l'intimidation.

  Le danger pour les moeurs n'est de nos jours quasiment plus jamais retenu. Il supposerait pour être admis que la publicité des débats heurte profondément un grand nombre de personnes.

  Mais on reste bien loin des circonstances du procès de Tours, dont la publicité ne gêne que l'accusée et ses proches.

  C'est pourquoi on comprend aisément, d'un point de vue juridique, la réponse  négative apportée par la cour à la demande de huis clos des avocats.




 

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laura 12/06/2009 10:40

Petite rectification : pas enfanticide mais infanticide. Honte à moi qui pourtant ai fait du latin (infans...). De plus, s'il devait y avoir une critique sur votre blog, c'est qu'on ne peut pas corriger les fautes d'orthographe de nos propres messages (jeu de mots, j'ai oublié le -s et je passe donc maintenant pour une double nulle ).

Parolesdejuges 12/06/2009 13:01


voilà qui n'est pas bien grave....!
MH


laura 11/06/2009 18:37

J'avoue que lorsque j'ai entendu parler de cette demande de huis-clos, j'ai été surprise. Sauf dérogation légale précise quant aux infractions visées, ou plus floue, mais d'autant plus sévèrement appréciée je pense, s'agissant de la publicité s'avérant dangereuse pour les moeurs ou l'ordre public, il me semble que lorsque l'on commet un acte répréhensible, on se doit de l'assumer quant à ses conséquences. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que l'on dit "répondre de ses actes". Je ne parle même pas de ce cas en particulier, très particulier d'ailleurs car au-delà d'actes certes particulièrement glaçants, sans mauvais jeu de mot, au niveau pyschologique, étude de personnalité, il y a sûrement beaucoup à dire, à entendre, à comprendre. Cette affaire ne se résume pas à trois enfanticides, loin de là...Dès lors, ma remarque sur la demande de huis-clos se veut très générale. On fait du mal, on commet des infractions, on laisse des victimes, on crée des préjudices, et après on voudrait se cacher... Un peu facile, trop facile et en tout cas très lâche.Quand on fait le choix, volontaire et conscient j'entends, de commettre une infraction, on s'en explique et ceci conformément aux règles élémentaires et fondamentales du procès pénal. On ne choisit pas d'être une victime, mais on choisit d'être un auteur et rien que pour ça il ne doit pas y avoir de procès en catimini, sauf article 306 que je ne remets absolument pas en cause.