Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Guide de la protection judiciaire de l'enfant

Le "Guide de la protection judiciaire de l'enfant" est en téléchargement libre.

Pour l'obtenir cliquez ici.

Paroles de juges sur Facebook

Sur Facebook, les articles, et d'autres choses en plus.

C'est ici.

Publié par Parolesdejuges

Par V.M, juré en 2017

lettre à un(e) président(e) de cour d'assises

 

Alors, tout d'abord je vous remercie pour cette expérience fort enrichissante. En premier lieu je n'étais pas très motivé pour assister aux procès sélectionnés sur cette session, et puis je pense aussi que j'avais peur d'entendre des choses relativement horribles, je n'étais pas prêt.

 

Finalement vous avez su, avec votre professionnalisme, rendre la chose très passionnante.

 

Vous êtes quelqu'un d'humain avant tout, vous avez de l'humour et vous savez rester professionnel. Vous qui êtes du métier, j'aurais pu penser que nous, jurés, soyons un peu un fardeau pour vous, mais non, au contraire. Vous avez pris le temps de tout expliquer en détail, vous nous avez rassuré sans jamais nous prendre de haut, ce qui à mon sens à renforcé cette idée d'expérience intéressante. Encore une fois, je n'avais pas envie de faire ça, et au fil des jours mon avis a changé et j'ai fini par être vraiment très impliqué.

 

Pour être tout à fait franc, lors de la fin de la session j'ai été submergé d'émotions. Déjà parce que sur ces deux semaines on a eu une énorme pression sur les épaules, c'est pas facile de juger des gens, surtout sur des faits aussi graves. Et ensuite il y a eu des liens très forts entre membres du jury et vous-même. En seulement deux semaines, sur deux affaires où j'ai été juré, j'avais l'impression d'être lié à chaque personne "à vie" d'une certaine manière, du coup il y a eu un sentiment de tristesse qui s'émanait.

 

Pour ce qui est du vécu de l'audience c'était très particulier. Déjà je peux dire que les journées étaient longues, plus qu'à mon habitude en tout cas, et que très franchement je ne voyais pas le temps passer tant c'était passionnant d'assister à cette expérience. Paradoxalement, c'était très dur psychologiquement. On entend des choses horribles, il faut être accroché. Pour ma part je ne dormais plus beaucoup, je faisais beaucoup de cauchemars vis à vis de tout ça, j'y pensais tout le temps, ce qui rendait la chose encore plus intense et éprouvante finalement. En plus je suis quelqu'un de très émotif, et cacher ma tristesse vis à vis des victimes n'était pas chose aisée.

 

Les délibérés étaient vraiment un moment particulier, mais tout aussi intéressant. Partager son point de vue sur l'affaire devant tout le monde, bien qu'on se retrouvait toujours avant et après les audiences pour en parler entre nous, ça peut aider à se forger un avis. Des fois on est pas tout à fait sûr d'un détail, et le fait d'en parler, de voir des gens argumenter peut aider à cerner ledit détail. De plus l'ambiance y est très conviviale. Encore une fois c'est très professionnel et cadré, d'autant plus qu'il n'y a eu aucune tension malgré les différents points de vue. J'ai trouvé ça génial de débattre dans la bonne entente, ce qui n'a pas l'air d'être le cas des avocats qui se tirent dans les pattes en pleine audience (qui donne un côté enfantin et non professionnel à la chose à mon sens).

 

J'ai juste un petit détail qui m'a un peu étonné : L'appel des jurés se fait devant les accusés qui sont dans le box à côté, et en plus ils peuvent prendre des notes. A un moment je me suis dit qu'ils pourraient très bien prendre notre nom et se renseigner sur nous par la suite par je ne sais quel moyen. Peut-être que j'aurais préféré que cet appel se fasse avant de faire rentrer les accusés histoire de garder l'anonymat.

 

Pour conclure, j'en garderai un très bon souvenir. Encore merci pour tout ce que vous avez fait pour nous !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vinh 28/11/2017 15:41

Témoignage intéressant, surtout le petit détail de la fin: pourquoi pas d'anonymat devant les accusés, voire même devant l'auditoire ?