Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guide de la protection judiciaire de l'enfant

Le "Guide de la protection judiciaire de l'enfant" est en téléchargement libre.

Pour l'obtenir cliquez ici.

Paroles de juges sur Facebook

Sur Facebook, les articles, et d'autres choses en plus.

C'est ici.

Publié par Parolesdejuges

Par Michel Huyette


  Dans son édition du 6 décembre 2012 le journal Le Monde publie un article concernant la baisse du nombre des candidats au concours d'entrée à l'Ecole Nationale de la Magistrature (ENM - son site). Selon son auteur, le nombre de candidaits aurait baissé de 63 % en quinze ans pour passer de 4130 en 1998 à 2800 en 2004 puis à seulement 1513 en 2011.

  Plusieurs explications sont proposées parmi lesquelles la difficulté du concours puisque c'est l'un des plus ardus de la fonction publique avec celui de l'ENA (Ecole Nationale d'Administration), ce qui fait que les étudiants en droits s'orientent plutôt vers des professions moins difficiles d'accès, ensuite la recherche par les étudiants masculins de métiers favorisant le travail en équipe et le leadership, enfin l'insuffisante rémunération.

  Le concours d'accès est effectivement difficile. Mais il reste accessible à tout étudiant qui travaille régulièrement pendant toutes ses années de faculté, et qui, et c'est souvent là que certains décrochent, est disposé et surtout capable, dans la dernière ligne droite avant le concours, de s'investir complètement dans la préparation, ce qui exclut de nombreuses activités de loisirs pendant quelques mois. Mais une période d'efforts intenses avec à la clé un travail exceptionnel pendant plusieurs dizaines d'années, cela peut valoir le coup.

  Il y a sans doute aussi une insuffisante connaissance du métier de magistrat (du siège ou du parquet). Si le grand public entend de temps en temps parler d'un magistrat chargé d'un dossier commenté par les medias, le travail quotidien d'un magistrat est rarement montré ou explicité. Cela d'autant plus que l'essentiel du travail se passe en dehors de l'audience, dans l'étude d'un dossier et la rédaction d'une décision ou d'un acte de procédure. Le magistrat étudie l'affaire, seul ou en délibéré avec d'autres magistrats selon la nature de l'affaire et celle de la juridiction saisie. Au ministère public, les magistrats étudient les plaintes dans leur bureau, échangent avec les enquêteurs, rédigent des réquisitoires. Pour eux aussi l'audience n'est qu'une partie de leur activité. L'essentiel du travail est réalisé loin des regards du public. D'où, sans doute, de nombreuses fausses idées sur l'activité des magistrats.

  Le débat autour de la rémunération des magistrats est délicat. Cette rémunération va d'environ 2500 euros en début de carrière à 6000 euros après 25 années d'ancienneté, pour monter jusque 8000 euros et plus pour les postes en haut de la hiérarchie.

  Certains soulignent la relativement faible rémunération, surtout en début de carrière, au regard de la longueur des études, du niveau du concours d'entrée, et des responsabilités exercées. De telles remarques sont compréhensibles, surtout pour ce qui concerne les rémnérations en début de carrière alors que dès sa prise de fonction le nouveau magistrat exerce pleinement toutes ses responsabilités et rend des décisions qui, pour les justiciables, sont aussi importantes, si ce n'est plus, que celles de la cour de cassation.

  D'autres font remarquer que par comparaison avec le salaire médian des français (cf. ici), et plus encore le salaire moyen des salariés, les magistrats n'ont pas à se plaindre, d'autant plus qu'ils bénéficient d'une sécurité de l'emploi qui a sa propre valeur.

  Certains, enfin, font valoir non sans quelques raisons que ce n'est pas forcément une mauvaise chose que ceux qui sont plus attirés par l'argent que par l'intérêt pour un métier, le sens du service public, et l'état d'esprit qui doit en découler, préfèrent aller voir ailleurs.


  Il n'empêche que le métier de magistrat est un métier exceptionnel.

  Etre magistrat c'est tous les jours intervenir dans la vie de ses concitoyens, pour régler les conflits qui les opposent, et cela dans tous les domaines : civil, social, familial, rural, pénal etc.

  C'est apporter des solutions à des conflits parfois vifs et par voie de conséquence réduire les tensions, c'est rétablir des équilibres quand l'un s'est positionné au détriment de l'autre, c'est mettre fin à toutes sortes d'injustices dans tous les domaines de la vie, c'est veiller au respect des droits de chacun, c'est protéger les uns contre les agressions des autres, c'est accompagner et aider des personnes en difficulté, c'est analyser et faire évoluer le droit dans un environnement social, juridique et humain en constante évolution.


  Etre magistrat, c'est accueillir, c'est permettre aux personnes concernées de s'exprimer, c'est écouter,  s'interroger en permanence, douter souvent, tenter de comprendre toujours, essayer de faire la part des choses entre la sincérité, l'erreur et le mensonge. C'est découvrir chaque jour toutes les facettes, parfois surprenantes, quelques fois stupéfiantes, de la nature humaine.

  C'est aussi et surtout, pour les juges du siège, alors que chacun, particulier ou professionnel, vient proposer une solution, prendre la décision finale.


  Mais cela n'est pas tout. Etre magistrat offre d'autres avantages qui se surajoutent à ceux qui viennent d'être mentionnés.

  Les magistrats ont la possibilité au cours de leur carrière d'exercer dans plusieurs juridictions et donc dans plusieurs régions de France (métropole et outremer). Même si cela génère parfois quelques difficultés, notamment pour les enfants ou quand les conjoints exercent une profession libérale, cette possibilité de découvrir plusieurs fois de suite un nouvel environnement, de nouveaux collègues et interlocuteurs, de nouvelles pratiques, de nouvelles problématiques, apporte au magistrat un enrichissement professionnel et personnel particulièrement bénéfique.

  Le changement de région s'accompagne souvent d'un changement de fonction. Le juge des enfants devient juge aux affaires familiales ou substitut du procureur. Le juge d'instruction devient juge civil. Le juge d'instance devient juge d'application des peines. Et les fonctions changent encore quand le magistrat passe du tribunal de grande instance à la cour d'appel. Cela permet d'avoir une vision transversale des problématiques de justice, bien au-delà du domaine de compétence de la première fonction exercée. C'est également un très fort enrichissement professionnel.

  Le magistrat du siège n'a pas de hiérarchie fonctionnellement parlant. Même si dans toute juridiction il y a besoin d'un président en charge de l'organisation et du contrôle du bon fonctionnement des services, au moment de traiter un dossier et de prendre une décision le juge du siège ne reçoit de consignes de personnes et sa liberté est en pratique véritablement totale. Les quelques dossiers parisiens surmédiatisés ne doivent pas tromper. Il ne sont en rien le reflet de l'activité quotidienne des 8500 magistrats français qui travaillent véritablement en toute indépendance.

  En tous cas il n'existe pas beaucoup de professions dans lesquelles, dès l'entrée en fonction dans le premier poste, l'autonomie est aussi importante, même si elle est encadrée par la collégialité quand le juge ne statue pas seul et, bien sûr, par l'exercice des voies de recours.


  Moins connue mais très appréciable au quotidien, est la possibilité pour certains magistrats de travailler chez eux. Comme cela a été indiqué plus haut, sauf pour les membres du ministère public et pour quelques fonctions spécialisées (juge des enfants, juge d'application des peines et juge d'instruction notamment) qui imposent d'être au palais de justice, le travail est par dessus tout un travail d'étude de dossiers qui ne nécessite pas d'être en permanence au palais. C'est pourquoi de nombreux magistrats travaillent une partie de leur temps chez eux.

  Cela permet non seulement de travailler dans un environnement calme, de n'être dérangé par personne, et donc d'être bien plus efficace, mais aussi et surtout de disposer de la possibilité d'organiser son temps en fonction des besoins familiaux. Pour les femmes, mais tout autant pour les hommes qui n'ont pas comme objectif premier de consacrer l'essentiel de leur vie à leur activité professionnelle et de faire carrière en se faisant voir et remarquer, c'est un avantage d'une très grande valeur que de pouvoir organiser sa semaine pour être en mesure d'accompagner un enfant dans une démarche importante, par exemple d'aller à un conseil de classe ou chez le médecin avec lui, ou d'être présent en cas de besoin de son conjoint. Cette possibilité de travailler efficacement tout en restant très présent au sein de la famille a une immense valeur, qu'aucune contrepartie monétaire ne pourra jamais égaler.


  Etre magistrat ce n'est pas seulement une profession. C'est aussi un état d'esprit et un engagement.

  C'est un métier difficile, d'une part à cause du manque de moyens au sein de l'institution judiciaire, manque qui empêche de produire des prestations de qualité maximale, d'autre part à cause de l'ampleur des responsabilités qui impose de s'interroger en permanence sur ce que l'on fait et sur ce que l'on décide.

  Mais tout ceci rend le métier de magistrat très exceptionnel.

  Cela mérite quelques efforts avant et au moment de passer le concours d'entrée.

  Pour ceux qui ont réussi, la récompense qui suit va bien au delà des espérances.

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Josias 30/11/2016 01:18

j'ai trouvé cet article interessent vous avez dit que le metier de magistrat est difficil j'aimerai en savoir plus

schilli 05/10/2016 15:15

j'ai exerce la profession de magistrat et je ne me suis jamais ennuye.

Nisha Tieleman 01/10/2016 00:28

Bonjour,

Je suis candidate juge à Bruxelles et votre texte m'a énormément inspirée durant le stage judiciaire (temps de formation à la fonction de magistrat du parquet ou du siège en Belgique) dans la mesure où, depuis plusieurs années, je rêve de devenir juge de la jeunesse. Aujourd'hui, j'ai été présentée par la commission de nomination et de désignation (proposition au ministre belge de la justice de me nommer juge) et je tenais à vous remercier de m'avoir inspirée.

Cordialement,

leblanc 10/09/2016 21:34

d'une manière ou d'une autre, le concours de l'ENM reste l'expérience la plus éprouvante que j'ai connue ...

Nicolas 10/08/2016 13:49

Merci pour cet éclairage ! Il consolide ma volonté de passer le concours. Le site de l'ENM gagnerait à intégrer des témoignages de ce genre, le métier de magistrat restant hélas largement méconnu des étudiants...

Filiz 19/01/2016 01:27

Bonsoir, j'ai trouvé votre article très intéressant. Néanmoins vous dites que les magistrats ont la possibilité de changer de régions, ma question est de savoir si cela est une obligation ou un pire choix pour le magistrat. En effet je m'oriente vers ce métier mais je ne souhaiterai pas changer de mieux géographique trop souvent (peut être en fin de carrière) pour des raisons familiales (évidemment, comme vous le précisez, un conjoint qui exerce une activité libéral ne peut pas constamment nous suivre vers une nouvelle ville)
J'espère pouvoir lire votre réponse prochainement.

Parolesdejuges 19/01/2016 10:00

Pour les magistrats, les changements se font sur demande. C'est le principe de l'inamovibilité. A noter que cette protection est plus forte pour les magistrats du siège (qui jugent et rendent les décisions) que pour les membres des parquets (les procureurs).

Leto 24/09/2015 21:57

Votre commentaireJe trouve ce article fort interessant parce qu'il parle des qualités des magistrats,son quotidien et son utilité dans la vie de ses concitoyens.

chimere 10/02/2013 19:31


Excellent billet !


 

nicolefournerie 10/01/2013 14:37


Auriez-vous la gentillesse de nous dire si il y a plusieurs concours d'entrée à l'ESM et donc y afférant des cursus différents ? L'ESM serait-il le passage obligé pour accéder à la fonction de
magistrat ou y aurait-il d'autres voies ? Si oui, lesquelles ?


Et quel est le pourcentage de chacune de ces populations dans la représentation nationale de la magistrature du siège, du parquet et de l'administration centrale ?


D'avance merci de votre réponse...Et excellente année !

Parolesdejuges 10/01/2013 15:18



Vous trouverez des informations complètes sur le site de l'ENM.



titoune 13/12/2012 19:01


Merci pour ce billet. Mais même si le métier de magistrat est à mon sens passionnant, les conditions de travail le rendent parfois repoussant ! Combien d'heures de travail par semaine ? Le
sacerdoce n'est pas loin !

Parolesdejuges 14/12/2012 15:58



Si certains magistrats sont réellement surchargés, à tel point que la qualité du travail en est sensiblement minorée, ce n'est pas le cas dans tous les services. Et, dans l'absolu, cela ne change
rien à l'intérêt de la profession...