Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guide de la protection judiciaire de l'enfant

Le "Guide de la protection judiciaire de l'enfant" est en téléchargement libre.

Pour l'obtenir cliquez ici.

Paroles de juges sur Facebook

Sur Facebook, les articles, et d'autres choses en plus.

C'est ici.

Publié par Parolesdejuges

Par Michel Huyette


  Si le sujet n'était pas si sérieux, on pourrait (presque) en rire, tant le scénario est connu d'avance et les réactions carricaturales.

  Un delinquant sexuel ayant purgé l'intégralité de sa peine a commis un meurtre. Dans les heures qui ont suivi le ministre de l'intérieur s'en est pris aux juges d'application des peines "qui ont pris la décision de libération conditionnelle".

  Cela appelle deux premières remarques.

  La première c'est que ce ministre s'est exprimé sans connaître le dossier, puisque d'après l'ensemble des informations reprises par les medias l'individu n'était plus en période de libération conditionnelle mais avait purgé l'intégralité de sa peine. Il est toujours étonnant qu'à un si haut niveau de responsabilité on se permette aussi aisément d'exprimer un point de vue sans savoir de quoi l'on parle.

  La seconde est que même si l'individu avait été placé en libération conditionnelle, le ministre reprocherait probablement aux magistrats d'avoir... appliqué la loi. Je renvoie ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur cette libération conditionnelle à lire les textes applicables, en soulignant seulement qu'elle "tend à la réinsertion des condamnés et à la prévention de la récidive", que les critères sont les "efforts sérieux de réadaptation sociale", et qu'elle peut être octroyée quand la peine accomplie est au moins égale à la peine restant à subir.

  S'agissant plus précisément des délinquants ayant commis un délit ou un crime de nature sexuelle, la libération conditionnelle ne peut être octroyée que s'ils acceptent pendant leur incarcération de suivre le traitement qui leur est proposé par un médecin puis par le juge d'application des peines, et qu'ils s'engagent, après leur libération, à poursuivre le traitement jugé toujours indispensable. Il aurait été prudent que le ministre de l'intérieur vérifie si ces conditions étaient ou non remplies quand a été décidée la libération conditionnelle de l'individu avant d'affirmer qu'une erreur d'appréciation a été commise par les juges.

  On notera toutefois que, en rupture avec ce qui se faisait jusqu'à présent, la ministre de la justice a rapidement réagi et fait valoir qu'il n'était pas judicieux de raconter trop vite n'importe quoi.

  Bien sûr, dès les faits connus, il a été annoncé... une nouvelle loi. Cette façon de réagir étant maintenant systématique, le jeu consiste à noter combien de temps s'écoule entre l'annonce du drame par les medias et l'affirmation des élus qu'il faut vite rédiger un nouveau texte. Chacun aura remarqué que les délais sont de plus en plus courts, à tel point qu'un député de la majorité a parlé de "gesticulation" à propos des prises de positions de membres du gouvernement et d'élus de son parti.


  Mais venons en au fond du problème.

  D'abord, il faut réaffirmer un fait aussi dérangeant que certain : dans aucun pays, à aucun moment, il n'a été et il ne sera possible d'éviter les récidives. Le risque zéro n'existera jamais, même si l'on vote une nouvelle loi chaque jour. Le seul moyen d'éviter efficacement les récidives serait d'enfermer jusqu'à leur mort tous les délinquants ayant été un jour dangereux. Cela ne semble suggéré par personne... pour l'instant.  Cette réalité est certainement très désagréable quand ce n'est insupportable pour ceux qui sont victimes d'individus ayant déjà fauté et ayant été lourdement condamnés. Mais quoi que l'on dise et quoi que l'on fasse, il n'en sera jamais autrement. Les élus feraient preuve d'honnêté et de courage en insérant cette vérité à l'occasion de leurs prises de parole.

  Il faut avoir également en tête ce qu'est la réalité. Une étude statistique du ministère de la justice montrait, en 2004, que le taux de récidive chez les auteurs de viol était de 1,3 %, ce qui est extrêmement faible. Et plus un taux est bas, plus il est difficile de le faire baisser encore plus. La marge d'action est donc inéluctablement réduite.

  Ensuite, il faut admettre que la psychiatrie n'est pas et ne sera jamais une science exacte. Récemment, un psychiatre qui témoignait devant une cour d'assises a dit qu'en présence d'un individu à examiner, et au moment de conclure sur son état mental, il y a chez le psychiatre une part d'appréciation clinique objective mais aussi une part de subjectivité. Sauf en présence de pathologies flagrantes et aisément repérables, il est redoutablement difficile pour un psychiatre de dire comment l'individu rencontré en prison se comportera quand il sera remis en liberté.  Autrement dit, il faut aussi admettre qu'il continuera à arriver, même très rarement, qu'un individu estimé apte à quitter la prison commette de nouveau un délit ou un crime. Et cela sans que personne ait commis une quelconque faute professionnelle.

  Il en va de même en cas de suivi psychiatrique en dehors de la prison. Un individu affirmant être décidé à poursuivre le traitement engagé et qui jusque là a donné d'excellents résultats peut toujours, s'il rencontre de nouvelles difficultés personnelles graves non prévues, ne plus suivre le traitement et présenter de nouveaux troubles. Sauf à remplacer le bracelet élecronique par une infirmière présente en permanence aux côtés de l'individu libéré, la possibilité qu'il ne se comporte pas comme il s'y était engagé ne sera jamais nulle. Il s'agit d'un autre aléa qui ne pourra jamais être évité. Et la menace de renvoyer les intéressés en prison s'ils ne poursuivent pas leur traitement ne suffira jamais pour empêcher un jour ou l'autre l'un d'entre eux d'agir autrement. Ici encore, le risque zéro n'existera jamais.


  Je ne m'arrêterai pas longtemps sur un aspect de la problématique déjà souvent mis en avant par les professionnels. Les gouvernants ne peuvent pas, sans plonger dans la contradiction permanente, affirmer que le suivi des délinquants libérés est insuffisant tout en refusant, année après année, de donner les moyens matériels et humains aux services pénitentiaires et psychiatriques d'effectuer un travail de qualité minimale. La misère de la psychiatrie pénitentiaire a été dénoncée à de nombreuses reprises, sans grand effet jusqu'à présent.


  Mais, aujourd'hui, je voudrais surtout aborder brièvement deux aspects de cette problématique qui ne me semblent pas assez soulignés.

  Les psychiatres et les psychanalistes, même d'écoles de pensée différentes, s'accordent à dire que chez un grand nombre de délinquants sexuels le mal être n'est pas uniquement sexuel. En clair, et pour faire simple, si un individu devient agresseur sexuel parce que dans son enfance il a été lui même agressé ou a été victime de carences éducatives graves, raisonner uniquement en terme de traitement de la libido, par le biais de médicaments destinés à minorer les envies sexuelles (la castration chimique *) n'aura pas d'effet sur le mal être fondamental. Traiter la conséquence ne traite pas la cause. Seuls les effets de cette cause sont minorés. C'est pourquoi les spécialistes insistent sur la nécessité de travailler sur la personnalité profonde des individus, par le biais, notamment, de séances de psychanalyse, de groupes de paroles etc... Mais là encore cela suppose des moyens d'une toute autre ampleur.

  Surtout, cela suppose de franchir le principal obstacle, immense, et qui est en chacun de nous : notre regard sur les délinquants sexuels.

  Parmi les personnes condamnées pour des agressions sexuelles graves, peu nombreux sont les grands pervers pour lesquels aucun pronostic favorable ne peut être envisagé à moyen ou long terme. A l'inverse, plus nombreux qu'on ne le croit sont ceux qui, accompagnés et aidés en ce sens,  capables  d'évoluer favorablement, peuvent admettre ce qui se passe en eux, reconnaître le caracatère insupportable de leurs comportements, et sont prêts à chercher comment sortir de l'engrenage dans lequel ils sont tombés (**).

  Toutefois, pour accepter avec une réelle sincérité de s'engager dans une telle démarche de soins, encore faut-il sentir autour de soi un minimum de soutien et de solidarité. Un alcoolique lassé par sa décrépitude et tous ses effets dévastateurs peut être tenté de taper à la porte d'un soignant ou d'une association pour remonter la pente. Mais sa démarche restera sans effet si ses voisins, ses proches, ou les professionnels continuent à lui dire qu'à leurs yeux il n'est qu'un alcoolique dangereux indigne de réintégrer le groupe social. La tentative se soldera forcément par l'échec car surmonter en même temps la maladie alcoolique et la réprobation/rejet des proches est impossible.

  Il en va de même pour les délinquants sexuels, pour qui reconnaître ce qu'ils ont fait et les tourments qui sont en eux est une démarche mille fois plus difficile. Ils savent, ils entendent, ils lisent, ils voient dans le regard des autres  qu'ils sont monstrueux. Comment peut-on alors espérer qu'il soit aisé pour eux de reconnaître sincèrement qu'ils sont bien des agresseurs sexuels (la reconnaissance de leur part ne découlant pas de la seule déclaration de culpabilité par une juridiction pénale), quand ils savent que cela va générer à leur égard un torrent de mépris, de haine et de rejet. Le refus de reconnaître leur mal-être et ses conséquences n'est pas tant un refus de reconnaître la réalité qu'une tentative désespérée de ne pas plonger dans le gouffre.

  Que l'on se comprenne bien. Il ne s'agit pas d'afficher la moindre sympathie à l'égard de violeurs. Mais la société ne peut pas, sans se contredire et sans générer le contraire de ce qu'elle réclame, souhaiter réduire le risque de récidive des délinquants sexuels tout en continuant à les traiter comme des pestiférés une fois la culpabilité déclarée et la peine prononcée puis au moins partiellement exécutée.

  Au-delà, on doit s'interroger que ce que peut faire aujourd'hui un individu qui, avant d'avoir commis un crime, sent au plus profond de lui qu'il est sur une pente dangereuse. Le raisonnement est alors le même. Peut-on imaginer qu'une telle personne aille facilement vers un soignant en sachant qu'aussitôt ceux qui apprendront l'existence de sa démarche vont le considérer comme un monstre à éviter ?

  Il devient de plus en plus indispensable qu'il soit publiquement admis que les désordres de nature sexuelle sont une pathologie de l'être humain comme bien d'autres, et que la main est en permanence tendue vers ceux qui, faisant preuve d'un très grand courage, oseraient réagir avant de commettre l'irréparable. Un peu comme avec les alcooliques qui pourtant violentent leur conjoint ou tuent sur la route.

  Mais chaque jour nous allons un peu plus dans l'autre sens, incités à crier plutôt qu'à réfléchir par ceux qui nous gouvernent.

  Il est vrai que la première méthode demande moins de courage que la seconde.


--------

* La "castration chimique" consiste essentiellement à faire baisser le taux de testostérone (hormone fabriquée dans les testicules). Son effet n'est donc que provisoire.
Notons au passage  qu'une telle appellation n'est pas de nature à faciliter l'adhésion des délinquants sexuels...

** Pour plus d'infos, visitez (entre autres) le site de l'Association pour la recherche et le traitement des auteurs d'infractions sexuelles (ARTAAS)






Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

TAYLOR Gisèle 29/10/2009 19:31


si vous saviez combien cela fait de bien de vous lire, après vous avoir vu et entendu!...C'est la même attitude empathique, la même humanité qui jaillit de vous et redonne espoir que la justice ne
soit pas un monde dur pour des durs...
Merci pour croire en l'intériorité des individus, et faire fi de tous les tralalas, merci pour votre sobriété dans votre traitement des personnes et dans votre vision des choses de la vie et des
individus.


CLEMENTE PATRICIA 21/10/2009 18:20


je suis touchée par cet article, et intimement convaincue que plus tôt se fera cette "aide  individualisée"aux personnes récidivistes mieux sera la prise en charge globale de l'individu. Je
souhaite vous apporter mon témoignage.
Travaillant auprès de l'enfance en danger, certaines situations d'enfants restent toutefois préoccupantes quand notamment ceux-ci restent au domicile de leur parent, sans que le juge des enfants ne
statue sur un placement hors famille et que des fraties sont victimes entre eux de violences et d'abus sexules (viol d'un frère sur son autre frère, féllation d'un frère avec un autre, le juge a
juste statué sur le fait que le frère aîné ne devait pas être en présence du frère victime et donc le mère a "accepté" un accueil provisoire qui peut être suspendu à tout moment!!par la mère)
avec des faits précis et une mère qui a des comportements incestueux envers tous ses garçons et le viol qui vient dêtre commis , le juge ne fait que demander un éloignement provisoire afin que les
2  frères ne soient pas en contact.
Nous savons que ses enfants sont en grande détresse avec une mère qui adapte ses discours, ambivalente avec ses 4 garçons dont l'aîné a un profil psychotique et trés porté sur la déviance
sexuelle.Il sera majeur l'an prochain en septembre 2010.Devons nous attendre qu'il fasse la une du journal car il aura vilée une jeune fille innocente et tous les ravages que cela induit? Et nous
en sommes conscient!!!???
Que fait la justice sous prétexte de garder le lien mère/enfant et au domicile comme le préconise la loi de protection de l'enfance de 2007? avant de judiciariser?
Quelles chances nous laissons à ces enfants victimes eux même de violences sexuelles? Je dors très mal la nuit depuis un certain moment. Que faut-il faire???


cétici 05/10/2009 16:59


un lien très intéressant à ce sujet :
http://www.lemonde.fr/opinions/chronique/2009/09/30/lettre-ouverte-a-monsieur-kouchner-et-monsieur-mitterrrand_1247376_3232.html


Jean Pérès 05/10/2009 13:33


Bonjour M. Huyette,

Dans votre article, toutjours très intéressant, vous avez fait, il me semble, deux petites erreurs que le lecteur peut corriger lui-même, mais on ne sait jamais :
7ème paragraphe avant la fin, vous écrivez "remonter la porte ", c'est sans doute "la pente" qu'il faut remonter. Et dans votre dernière phrase, c'est plutôt "plus de courage" que moins qu'il
faudrait pour adopter la première méthode.

Merci en tout cas pour votre blog.


Parolesdejuges 05/10/2009 14:27


Merci pour ces remarques... Je corrige de ce pas.
Ah, ces textes que l'on écrit un oeil sur l'ordinateur et l'autre sur le soleil du dehors...
MH


Denis Monod-Broca 05/10/2009 11:23


Un fait divers... une loi : nos dirigeants ne résistent pas à leurs pulsions, au moindre sentiment de contrariété ils violentent la loi, ils sont des délinquants textuels, gravement récidivistes de
surcroît, On ne peut tout de même pas les enfermer, ni les traiter chimiquement pour qu'il réfléchissent avant de réagir... 


Laura 04/10/2009 23:35



L'appréhension des délinquants sexuels par le droit pourrait se schématiser quasiment de la sorte : une réponse judiciaire puis une réponse thérapeutique, qui ne réussit pas
toujours aussi bien qu'elle est nécessaire. Or ces deux étapes présentes de lacunes.
Les magistrats, qui s'en remettent aux experts pour comprendre les déviances d'une personnalité, faute d'avoir une formation en la matière (il est vrai qu'à chacun son métier mais tout de
même), doivent non seulement forger leur propre conviction nonobstant les avis des experts, qui ne lient pas les juges même si en pratique les expertises sont souvent citées dans les
jugements, mais au-delà de ça il est indispensable que les juges s'attachent à la personnalité profonde de l'individu, non pas seulement pour comprendre le seul passage à l'acte et
juger cela mais surtout pour comprendre toute l'évolution qui conduit à ce point de non retour vers l'illégal (comme vous le dites, l'éventuel vécu lors de l'enfance, mais aussi le rapport à
la jouissance, comparer l'interdit décrit par le texte d'incrimination avec la compréhension qu'à la personne jugée de l'interdit, bref autant d'éléments qu'il n'est pas possible
d'occulter). Mais est-ce toujours bien pris en compte ?...
Pour le suivi thérapeutique vous évoquez le nécessaire soutien à la personne pour qu'elle mène à bien ses soins, il convient aussi d'insister sur son souhaitable consentement aux soins,
voire à la castration chimique puisque c'est la mode du moment.
Le consentement du principal intéressé, pas grand monde s'en inquiète et n'évalue l'impact pratique qu'une adhésion réelle aux soins pourrait avoir. 
Il est vrai que l'obligation de soin reste réaliste dans le sens où imposer, par décision du juge, permet de ne pas faire dépendre de la volonté du condamné la réalisation de soins qui
s'imposent nécessairement. Mais toujours est-il que sans consentement réel il n'y a pas forcément de prise de conscience, juste des "formalités" accomplies parce qu'il faut le
faire...
Je ne suis pas sure que le système actuel permettre vraiment le "déclic", (mais je ne soutiens pas pour autant la castration chimique), je dis juste que le consentement permettrait de dépasser la
bonne image qu'on souhaite que le condamné renvoie à la société ... sans se soucier de ce dont il a besoin, lui, pour guérir...