Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guide de la protection judiciaire de l'enfant

Le "Guide de la protection judiciaire de l'enfant" est en téléchargement libre.

Pour l'obtenir cliquez ici.

Paroles de juges sur Facebook

Sur Facebook, les articles, et d'autres choses en plus.

C'est ici.

Publié par Parolesdejuges

Par Michel Huyette


  A cette question philosophiquement existentielle il semble que le ministère de la justice ait finalement répondu : non.

  Une (pas un) collègue vient d'envoyer la photographie d'une publicité émanant du ministère de la justice dans le but d'encourager hommes et femmes à se présenter à l'un des concours d'accès à la magistrature. L'encart publicitaire peut être vu dans divers journaux, et en plus, une immense reproduction a été installée sur la façade nord du palais de justice de Paris :

              PalaisParis0312

  La publicité nous montre quoi ?  Un homme, grand, vêtu d'une robe de magistrat rouge, ayant dans les mains un volumineux dossier, et à ses côtés une femme plus petite, en robe noire, et qui ne tient qu'un code.

  La robe rouge est portée par les magistrats des cours d'appel (aux audiences solennelles et à la cour d'assises, dans le quotidien ils portent la robe noire), mais jamais par les magistrats des tribunaux de grande instance qui n'ont que des robes noires. Instinctivement, cela incite à penser que l'homme est d'un niveau hiérarchique plus élevé que la femme.

  Et c'est l'homme qui porte le dossier, le regarde de dessus, la femme ne pouvant y jeter un oeil que de côté, elle qui n'a qu'un simple code entre les mains.

 Résumons :

  L'homme est grand, d'un niveau hiérarchique supérieur, il étudie un dossier volumineux et sans doute compliqué.

  Il doit donc être très intelligent.

  A côté la femme est plus petite, d'un niveau hiérarchique inférieur, elle n'étudie pas le dossier et son rôle consiste uniquement à lire le contenu d'un code, peut-être pour assister l'homme.

  Elle doit donc être... euh...

  A moins, comme le pensent certains (l'image reçue n'est pas assez précise pour le vérifier), que la femme soit en fait un greffier, et non un magistrat. Mais alors le résultat est le même : L'homme qui a des responsabilités importantes c'est le juge, la femme n'est que secrétaire.

  Agaçant, non... ?


  A moins que, comme d'autres le suggèrent, l'objectif, en attirant des hommes, soit de freiner la très/trop rapide féminisation de la magistrature.

  Au dernier concours ordinaire, ont été reçus plus de 200 femmes pour moins de 20 hommes. Et cela fait de très nombreuses années que l'institution judiciaire recrute beaucoup plus de femmes que d'hommes. Ce qui signifie qu'à moyen terme l'équilibre va se faire après une période de suprématie masculine, mais aussi et surtout qu'à long terme la justice va être essentiellement entre les mains de femmes.

  D'un excès l'institution pourrait passer à l'excès inverse....

 

 

Commenter cet article

Christine.G 10/04/2012 20:08


Le fait que certaines professions longtemps bastions masculins se soient largement féminisées (et la justice en fait partie) ne signifie pas que les femmes accèdent massivement aux postes de
pouvoir. L'équilibre est important, qu'une profession soit trop largement masculine ou trop largement féminine n'est pas forcément une bonne chose. Le problème de l'affiche concerne les clichés
et l'accès justement à ce type de postes. L'affiche a été soumise à la réflexion de mes classes de seconde en ECJS (nous étudions la justice). Résultat de leurs cogitations dans quelques jours...

Jolly Jumper 10/04/2012 12:11


Bonjour à tous,


Merci pour cet article et pour les commentaires : un moment de "récréation" très agréable.


Bon appétit à tous,

Nemosus 09/04/2012 12:16


On a observé le même phénomène dans les professions médicales qui sont largement féminisées, même si l'on remaeque que les chefs de services sont des hommes, dans leur très grande majorité. La
conséquence fut que l'on manque de médecins car ceux qui décidèrent du numerus clausus des médecins ont largement sous estimé la réduction de la durée de la vie professionnelle des femmes.


Il faut espérer que la même erreuer ne se reproduira pas avec les magistrats et que l'on ne sera pas contraint d'aller chercher des juges roumains ou bulgares pour rendre la justice en France !

Ryanich Dalecs 05/04/2012 19:20


Bonjour à tous,


Moi, ce que je trouve amusant, c'est le bruit que peut produire une affiche, les réactions, légitimes, qu'elle peut susciter. En fait, c'est le décalage -disons générationnel, historique- mis en
évidence par cette petite polémique qui me fait penser qu'entre les changements opérés dans une société et la lecture de ceux-ci, il se passe beaucoup de temps...et de passion.


Bien sûr, chacun véhicule encore l'image normative du censeur, de l'autorité qui, classiquement, drape l'image commune du juge d'un costume masculin. Dans les faits, c'est bien différent, la
plupart des magistrats sont aujourd'hui des femmes !


Allez messieurs, je me risque à une explication rapide, basale et masculino-dénigrante : elles sont plus douées que nous ! Bien sûr, c'est un peu difficile à l'admettre au départ, puis,
découvrant la chose, mieux vaut l'accepter. Je suis navré de manquer de solidarité à ce niveau. Tiens ! Cela me fait d'ailleurs penser à la chanson d'Henri Tachan "je ne veux pas d'enfant" (je
n'irais pas jusque là toutefois)


C'est pourquoi, finalement, l'affiche risque peu de changer la réalité des choses. Regardons les affaires politiques comme les affaires des petites gens, chacun sait que cette affiche appartient
à l'imagerie d'Epinal : à chaque fois ou presque, des femmes jugent. Bref, Mesdames, que votre enfant croie qu'il s'agit d'une secrétaire, là, sur l'affiche ou s'imagine encore autre chose, il
suffit de rappeler qu'une publicité demeure un raccourci, même pour vanter une profession.


 

brucine 04/04/2012 18:45


Bonsoir,


Auditrice de justice de la promotion 2012, je n'ai eu de cesse durant mes deux semaines de rentrée à l'ENM d'entendre les officiels et huiles de l'école se plaindre de cette féminisation. Durant
ces deux semaines, nous avons reçu une douzaine d'experts du monde judiciaire (avocats, magistrats, sociologues, historiens, spécialistes du monde pénitentiaire...). Douze hommes. Lors d'une
table ronde présidée par un journaliste d'Europe 1, apparemment chroniqueur judiciaire, table ronde composée uniquement de mâles, ce dernier a tenu à nous faire part de sa conception personnelle
sur la féminisation de la profession : d'après lui, de plus en plus de femmes occupant les fonctions de juge aux affaires familiales, cela induit une écoute trop attentive de la parole de
l'enfant, et aboutit à des erreurs judiciaires (sic). Tout est dit... 


Tollé dans un amphi de 250 personnes dont 81% de femelles. 


J'ai également passé le concours de commissaire de police l'an passé, avant celui de l'ENM. Sur 21 reçus, 5 filles. Et personne ne crée des affiches 4*3 en affichant des commissaires femmes en
position de supériorité vis-à-vis d'un collègue mâle... 


Je trouve cela profondément mysogine, mais comme je suis dotée d'ovaires, on me rétorque que c'est du féminisme primaire. Cela fait donc du bien de voir qu'un homme partage ces convictions que
j'aimerais considérer comme universelles !


 

Parolesdejuges 04/04/2012 18:59



Je profite de votre commentaire pour rappeler (vous pouvez faire passer le message..) que ce blog accueille les contributions de tous les magistrats qui souhaitent partager leur point de vue avec
leurs concitoyens. Et cela commence avec les auditeurs de justice.
Alors si cela vous tente n'hésitez pas à nous faire partager vos expériences, vos réflexions, vos propositions...
MH 



Raymond LEVY 04/04/2012 18:02


La petite dame en oir est la conscience qui rappelle au monsieur en fin de carrière, que peut-être il subsite dans le code un article relatif au contentieux concerné, qui, aussi incroyable que ça
puisse paraître, n'aurait pas été modifié au cour des dernières quarente-huit heures....je sais que c'est rare, mais ça peut encore se trouver....mais elle devrait tenir un machin électronique
pour consulter la jurisprudence à jour, et pas un code déjà périmé même si on vient de le lui distribuer !

nicolefournerie 04/04/2012 17:19


Et c'est le juge qui doit être le garant de l'égalité des sexes telle qu'inscrite dans notre constitution républicaine !


Plutôt rassurant "maître Soixante" que votre fille de 6 ans et demi ait décripté l'image spontanément !


D'ailleurs, j'avais trouvé beau et subversif l'immense panneau que montre "Aurélien Vitrac" et je m'étais dit que la révolution était enfin au Palais ! Je n'y avais pas vu l'aspect quantitatif
mais qualitatif... La femme étant l'avenir de l'Homme... Simplement parce qu'elle donne la vie et que le plus souvent elle en prends soin... Voir la fonction nourricière de la femme
physiologiquement mais aussi socialement dans toutes les civilisations et dans toutes les parties du monde... Ce bel équilibre fut rompu dès lors que l'homme a voulu faire de l'argent en
s'occupant de la "nourriture des populations"... Un très beau docu de Colline SERREAU exposait ce point de vue original et pertinent... Jusqu'à cette mondialisation aberrante qui affame de plus
en plus de gens sur la planète. 

Maître Soixante 02/04/2012 19:54


Ouf je ne suis pas "parano" (enfin, pas sur ce sujet en tout cas ;))! Je me suis fait exactement la même réflexion. En fait, pour être exacte (et pour dire la vérité), c'est ma fille de 6 ans à
qui je faisais visiter le Palais (mon lieu de travail) qui me l'a fait remarquer immédiatement à l'approche du Palais lorsque nous étions sur le pont du Châtelet : "Maman, la dame en noir , c'est
la secrétaire du Monsieur en rouge?" Arrrrgghhhhhhhhhhhh /// Merci pour ce billet !

Pascal Rolland 02/04/2012 19:04


Bonsoir Monsieur le Conseiller,


 


 


Une autre interprétation du signifié de cette affiche est possible .


Dans un dossier figurent des pièces de procédure, des éléments de preuve, des cotes de plaidoirie donc des faits et un peu de droit dans les conclusions et la jurisprudence produite. Dans un
Code ne figure que des textes et un peu de jurisprudence. Dés lors, l'homme maîtrise les faits et un peu de droit, alors que la femme maîtrise le droit. Dans ces conditions, qui est le plus
intelligent?


Bien à vous tous.


Me PR

Christine.G 02/04/2012 17:14


Effectivement le message envoyé par l'affiche est navrant. Il recèle tous les clichés, et pas seulement ceux relevés par Michel Huyette : l'homme est plus grand, ses cheveux gris sont signe
d'expérience dont il la fait profiter (la pauvre petite, elle débute....), la femme ne risque pas d'avoir accès au contenu du dossier juste entr'ouvert car elle est plus petite ; ne
manque plus que le regard paternaliste et condescendant...Mais on dira que j'ai mauvais esprit !! Comme elle porte des lunettes, on en déduit qu'elle est sérieuse, qu'elle n'est pas
embauchée sur son physique...très banal.  D'ailleurs, serait-ce un critère ?? Faut-il être laide pour rendre la justice ? Mais si la femme choisie avait été très séduisante, cela aurait
généré d'autres critiques !!


Cela me rappelle un commentaire d'un journaliste de radio, chroniqueur judiciaire à propos d'une Présidente de cour d'assises, il y a quelques années... Les remarques concernaient (comme par
hasard ??) l'allure (coiffure, maquillage, rouge à lèvres...Va-t-on décrire ainsi le juge Président s'il s'agit d'un homme ??) et le comportement face aux accusés, témoins. Résumons, si
le président insiste, veut avoir des réponses, il sera obstiné (dans le bon sens), donc opiniâtre, avec le louable souci de faire avancer les choses.


S'il s'agit de la présidente, son insistance sera supecte, elle sera (forcément) agaçante, voire hystérique, car elle va déstabiliser les parties interrogées !


 


Le machisme a encore de beaux jours devant lui !