Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guide de la protection judiciaire de l'enfant

Le "Guide de la protection judiciaire de l'enfant" est en téléchargement libre.

Pour l'obtenir cliquez ici.

Paroles de juges sur Facebook

Sur Facebook, les articles, et d'autres choses en plus.

C'est ici.

Publié par Parolesdejuges

Par Michel Huyette


  Les medias nous apprennent que les avocats de la région nîmoise ont entamé un mouvement de protestation qui les conduit à refuser de se présenter à côté de leurs clients devant la chambre des appels correctionnels de la cour d'appel de Nîmes (lire ici, ici, ici).

  Il ne sera évidemment pas question, aujourd'hui et ici, de commenter ce qui est susceptible de se passer à Nîmes, seuls ceux qui ont participé ou assisté aux audiences contestées sachant exactement ce qu'il en est. Mais ces articles nous invitent à aborder un sujet plus vaste, et important, celui du droit de commenter et parfois de critiquer le fonctionnement de l'institution judiciaire. Nous quitterons donc Nîmes tout de suite pour en rester à des généralités.


  Quand il s'agit de la justice et de ses pratiques, deux positions extrêmes se manifestent toujours rapidement. Pour les uns la justice qui est indépendante ne peut faire l'objet d'aucune désapprobation, les décisions qu'elle rend ne doivent pas être attaquées autrement que par les voies juridiques de recours, et les critiques contre elle sont vécues comme des agressions inadmissibles. Pour les autres, la justice est un service public dont les modes d'action peuvent à tout moment être discutés.

  La difficulté, déjà soulignée ici, c'est que se mélangent quotidiennement les critiques injustifiées émises par des justiciables mécontents qui plutôt que de reconnaître la faiblesse de leur dossier vont la masquer en s'en prenant au juge, et les critiques justifiées par des dysfonctionnement avérés. Il faut donc, avant tout débat sur l'institution judiciaire, commencer par faire un tri entre les mouvements d'humeur sans intérêts d'un côté, et les analyses sereines, sérieuses et argumentées de l'autre.

  Ce préalable étant posé, il n'existe aucune raison de faire obstacle à une analyse des pratiques des magistrats. La justice est un service public et l'institution a certainement des comptes à rendre. L'indépendance ne peut pas être un paravent utilisé pour empêcher les tiers de mettre en lumière les dysfonctionnements quand ceux-ci existent réellement.


  Venons en maintenant aux critiques litigieuses. La première concerne les peines prononcées en appel.

  Il y a quelques années, une rencontre avec des magistrats d'une chambre correctionnelle avait permis de constater que certains juges estiment, pour faire simple, que quand une peine prononcée en première instance par un tribunal correctionnel est globalement adaptée, un appel du condamné est injustifié, et qu'une telle démarche mérite une mesure de rétorsion. Les magistrats qui pensent ainsi prononcent en appel une sanction beaucoup plus sévère qu'en première instance non parce que les faits ou la personnalité du délinquant le justifient mais par principe, parce qu'ils estiment l'appel inadmissible. L'augmentation de la condamnation est alors une sorte de sanction d'un appel estimé abusif, terminologie (abus) qui existe en matière civile (lire ici) mais non en matière pénale.

  Certains magistrats considèrent en effet que quand le nombre des appels qu'ils estiment injustifiés (au regard des sanctions prononcées) devient excessif, notamment les appels à but dilatoire dont la raison d'être est uniquement de retarder la mise en oeuvre effective de la sanction, il faut nécessairement trouver une réponse qui permette d'éviter que la juridiction d'appel soit encombrée par des dossiers qui ne méritent pas un second examen. Autrement dit et par exemple, quand la personne qui a commis un délit de gravité modérée est condamnée à un mois de prison avec sursis et mille euros d'amende, il est inutile d'aller devant la chambre des appels corectionnels pour tenter d'obtenir trois semaines avec sursis et huit cents euros d'amende.

  Si la problématique est réelle, il est plus délicat de définir la réponse justifiée. En effet, si l'on suppose pour le besoin de la discussion que le fait poursuivi ne mérite vraiment pas plus que la peine prononcée en première instance, décider en appel et en repartant de notre exemple d'infliger à l'appelant une peine de six mois de prison ferme et dix milles euros d'amende pour le punir de sa démarche peut sembler troublant. Car alors la sanction prononcée ne correspond plus du tout ni à l'infraction commise ni à la personnalité de de son auteur. Elle punit l'utilisation d'un droit, celui de faire appel, et non la commission d'une infraction.

  Cest en cela que la démarche qui consiste à prononcer en appel des sanctions délibérément disproportionnées par rapport aux faits du dossier, uniquement pour réduire le nombre des appels, est légitimement discutable au sens le plus large du terme.

  Elle l'est d'autant plus que l'aggravation fréquente des sanctions risque de dissuader de faire appel ceux qui, pourtant, peuvent avoir une bonne raison de le faire et qui ne savent pas à l'avance si leur démarche va être considérée justifiée ou abusive.

  Enfin, il n'est pas forcément simple de motiver une décision d'aggravation des peines dans une telle configuration. La chambre des appels correctionnels ne peut probablement pas, sans risquer les foudres de la cour de cassation, écrire clairement qu'elle augmente la sanction parce qu'elle estime que la peine de première instance était adaptée, ce qui au demeurant, serait une contradiction. La motivation réelle risque donc de ne pas apparaîre dans la décision d'appel, ce qui au niveau des principes peut poser quelques difficultés.


  C'est pour toutes ces raisons que le débat autour de telles pratiques est légitime. Et, si elle est questionnée, l'institution doit s'expliquer dans le cadre naturel du débat avec les français au nom de qui la justice est rendue.


  D'autres critiques ont été émises, qui concernent le comportement de magistrats à l'audience. Là encore il s'agit, sauf en cas de tentatives malsaines de déstabilisation et de contestation indirecte et injustifiée des décisions rendues, d'un questionnement qui est recevable.

  Mais il s'agit d'un autre et vaste débat, qui rendra nécessaire un ou plusieurs autres commentaires.... (cf. également ici)




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maître Soixante 27/02/2012 09:39


Justement. Oui cette politique de la Terreur fonctionne.


Mon client (un syndicaliste) était poursuivi pour tentative de vol en réunion ds le cadre de son travail  (plainte de l'employeur, dans une usine dont la fermeture est annoncée dans un
an...). Montant du larcin estimé: 150 euros !!!!!!! On ne devrait même pas être là, mais il s'agit de la grosse compagnie WWW et le MP poursuit (sur ordre, évidemment; casser du syndicat dans un
telle boîte, c'est trop beau); nous nous retrouvons en correctionnelle (à quoi sert la médiation pénale dans ces cas là, on se demande, mais enfin bon "opportunité des poursuites"....). M Le proc
requiert 2 mois avec sursis, (le dossier est VIDE, d'un vide abyssal et intersidéral) mon client est condamné néanmoins à 600 e d'amende (un tiers de son salaire mensuel)! Nous ferions
volontiers  appel compte tenu du dossier, de l'absence totale de preuves à l'encontre de mon client etc, mais évidemment, compte tenu de cette déplorable politique, j'hésite fortement à
faire prendre un tel risque d'aggravation à mon client... Ainsi va mourir le droit de faire appel....

PrometheeFeu 30/01/2012 07:59


Il me semble assez normal en fait que l'appel ne soit pas gratuit. L'example que vous donnez me semble excessif, mais pour decourager les appels dilatoirs, on pourrait donner au juge le pouvoir
de determiner des le depart avant la phase proces que l'appel n'a pas une chance serieuse de triompher (de par le manque d'arguments serieux de la defense) et que si la defense souhaite proceder
et qu'elle perd la peine sera augmente de 10% par example. Cela devrait suffir quand il n'y a de toute facon que tres peu de chance que l'appel triomphe. Demander a la Justice de juger coute cher
et il est legitime de decourager ceux qui voudrait lui faire perdre son temps.


 


Sur la critique de la justice en general, je pense qu'il est normal que l'on critique la justice dans une societe democratique. Apres tout, les juges ont une latitude importante dans leurs
decisions et qu'ils repondent dans les limites de cette discretion legitime aux mouvements de la societe me semble normal. Cela dit, je pense que dans le debat publique, la justice devrait quand
meme pouvoir se prevaloir d'une presomption a son avantage. Il n'est pas sain que l'on remette en question toutes les decisions de justice comme on remet en question les decisions politiques.
Celui qui se plaint de la justice devrait se retrouver face a un publique sceptique et c'est a lui que devrait revenir la charge de la preuve.

nicole fournerie 28/01/2012 08:58


Etes-vous majoritaires à partager l'opinion que vous exposez ici Michel HUYETTE ? 


J'apprécie votre honnêteté intellectuelle (la seule que je puisse observer) et votre souci de vous comporter en démocrate responsable et respectueux quand vous interrogez votre fonction dans
l'institution judiciaire et vis-à-vis de ceux au nom desquels vous administrez la justice. 


Merci de rappeler que celle-ci n'appartient pas aux seuls acteurs judiciaires fussent-ils juges ou notaires dont je constate que certains devraient être interdits de l'usage du sceau de la
République et de tout pouvoir exécutoire.


L'accueil du TGI et de la Cour d'appel de Toulouse est-il assuré par un greffier ou par des agents qui n'ont aucune compétence ni autorité juridique  ou judiciaire ?