Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guide de la protection judiciaire de l'enfant

Le "Guide de la protection judiciaire de l'enfant" est en téléchargement libre.

Pour l'obtenir cliquez ici.

Paroles de juges sur Facebook

Sur Facebook, les articles, et d'autres choses en plus.

C'est ici.

Publié par Parolesdejuges

Par Laurent Barbe


   Voici un nouveau témoignage de juré. Le texte étant toutefois assez long, il vous est proposé sous forme de fichier pdf à télécharger. En voici seulement l'introduction :

 

   Participer à un jury d’assises, comme je viens de le faire est une expérience à la fois riche, prenante et rare dans une vie de citoyen. Il est impossible de rester indifférent à tout ce qui est agité, mis en jeu, dans ce grand théâtre de la vie sociale qu’est une cour d’assises. Ces notes cherchent à évoquer l’écho de cette expérience.

La libido en procès

  A la lecture des affaires de la session, un premier commentaire s’était imposé à moi sur la prépondérance des affaires touchant aux mœurs comme on disait en des temps moins crus. Ainsi le « programme » distribué à tous les jurés lors de la session d’ouverture donnait les énoncés judiciaires « secs » de chaque affaire : un meurtre commis par une femme, une affaire de viols sur mineur par personne ayant autorité, un meurtre dans le cadre d’un hold-up, un viol « simple »... je veux dire par là ni aggravé, ni précédé ou suivi d’actes de barbarie ou de circonstances amenant une qualification judiciaire particulière. Ayant vu plusieurs intitulés de la sorte dans le programme des autres sections d’assises, je m’étais à ce moment félicité que ma sensibilité puisse échapper aux détails sordides que laissaient attendre de telles qualifications.

  J’en concluais in petto que 3 affaires sur 4 renvoyaient au sexe, le meurtre dans le cadre du hold-up m’apparaissant comme relevant de l’univers éternel des truands. Il allait s’avérer que même ce hold-up, commis par un policier dans un sauna homosexuel qu’il fréquentait depuis plusieurs années dans le cadre d’une homosexualité honteuse relevait par bien des éléments de la première catégorie.

  Dans toutes les affaires, modernité oblige, furent ainsi abordés à peu prés dans cet ordre, la sodomie, les godemichés, les magasins spécialisés, les fellations, les pratiques habituelles au sein des saunas, sans compter les pratiques de prédation libidineuses des pédophiles... Si l’on en juge par l’importance de ces thèmes et par la sérénité avec laquelle toutes ces questions ont été abordées par les magistrats et les jurés, c’est à dire sans excès d’indignation ou de curiosité, on peut en conclure que nous vivons une époque dans laquelle ces sujets font vraiment partie de l’ordinaire. Cela ne donne pas pour autant, on s’en doute, le sentiment que cette libération des mœurs ait apporté à tous un égal épanouissement.

Sombre face de l’être humain...

  Une des confrontations les plus fortes auxquelles les assises convient les citoyens ordinaires dans mon genre est celle qui concerne la face sombre de l’être humain qui prend ici différentes figures, de la plus proche de nous à la plus étrange. Celle dans laquelle l’Autre devient une proie, un objet d’assouvissement, ou un simple obstacle qu’il faut éliminer. Et même dans une session pourtant peu « spectaculaire » on est saisi par le degré d’indifférence que l’être humain peut développer face à son prochain.

  On commence par la femme qui a tué son compagnon, plus jeune « pour se défendre » mais chez qui transparaît un mépris radical pour le marginal rêveur et faible qu’il était, mépris qu’elle exprimait manifestement fréquemment dans les lieux sociaux qu’ils fréquentaient. Ici c’est une froideur relationnelle, somme toute banale, qui dégénère en fait criminel.  (...)

 


   Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici

 

 


Commenter cet article

Jolly Jumper 05/11/2011 14:18



Pour préciser ma pensée : il faut "visualiser" ce moment.


Vous êtes dans un endroit où n'avez jamais été, vous ne connaissez personne et il y a plein de monde dans une salle solennelle. Et dans ce moment de
silence, vous entendez votre nom. Vous avancez à petits pas et d'un seul coup, (pourtant vous n'avez rien fait), vous entendez "récusé" ... Objectivement, pour un simple citoyen qui
cotoie pour la première fois, le monde des affaires criminelles, ce n'est pas très élégant ..... N'y aurait-il pas une autre méthode ? Si un jour, je suis amenée à y retourner, je soulèverai
cette question (que j'aurai du évoquer lors de mes convocations, mais tellement concentrée sur ce que je devais faire, cette interrogation m'est survenue après l'expérience).



Jolly Jumper 05/11/2011 13:37



Bonjour à tous,


En relisant tous les témoignages, je m'aperçois que nous avons tous un point commun : notre perplexité devant les méthodes de récusation. Je suis ravie de constater
que je ne suis pas la seule ...


Bon samedi à tous,



Jolly Jumper 03/11/2011 20:44



Bonsoir à tous,


 


Merci M. Barbe : la précision des étapes de sentiments divers, le détail du déroulement, la description des faits ... témoignent votre participation active et de votre grand intérêt pour cette
expérience passionnante ..


 


Témoignage très passionnant à lire,


 


Bonne soirée,