Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guide de la protection judiciaire de l'enfant

Le "Guide de la protection judiciaire de l'enfant" est en téléchargement libre.

Pour l'obtenir cliquez ici.

Paroles de juges sur Facebook

Sur Facebook, les articles, et d'autres choses en plus.

C'est ici.

Publié par Parolesdejuges

Par Mme D, juré en 2012


  J'ai été convoquée en tant que juré à la Cour d'assises pour une période de trois semaines, avec cinq procès différents.

  Ma première surprise a été la convocation, qui pour moi était plutôt négative.

  Je me suis dit que je n'avais pas eu de chance d'avoir été tirée au sort parmi des milliers de personnes.

  J'étais prise entre deux sentiments, la curiosité et la peur

  Mais de suite, je me suis sentie dans le devoir et l'obligation de le faire.

  Le 1er jour, j'ai été émerveillée par cette grande salle d'audience. J'avais l'impression d'être dans une pièce de théâtre.

  J'ai été surprise par le nombre de jurés qui avaient été tirés au sort pour cette session.

  Nous avons été très bien accueillis par les greffiers et l'huissier, puis par l'arrivée du Président qui nous a expliqué toute une après-midi le déroulement des affaires, le rôle et les tâches de chacun.

  La première affaire a été difficile, du fait que c'était la première fois, j'étais attentive et à l'écoute de tous.

  J'avais l'impression que ce n'était pas réel. Une impression de mise en scène surtout pendant les prises de parole des avocats.

  Au fur et à mesure des procès, j'étais plus détendue, toujours à l'écoute bien sûre mais plus détendue.

  L'opinion négative sur la justice que je m'étais faite au départ s'est transformée en une opinion très positive à la fin des trois semaines.

  J'ai eu la chance d'être tirée au sort pour trois affaires différentes qui ont été plus ou moins difficiles pendant les délibérés.

  Je pense avoir un autre regard sur la justice.

 Cette expérience restera unique, extraordinaire, mais surtout très enrichissante, bouleversante et touchante à tous les niveaux.

  J'espère pouvoir un jour renouveler cette belle expérience.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nicolefournerie 17/12/2012 13:35


Je partage la lecture de JT mais ne comprends pas bien sa conclusion... D'autant que je viens de lire un article paru dans le nouvel obs du 13 décembre 2012 :  "Avec mon père ça dure
depuis 15 ans. On est amoureux" dont je n'arrive pas à me remettre.


Après 22 mois de prison, le père est sorti libre de l'audience et continue de jouir de ses crimes passés, présents et à venir avec la bénédiction des juges, des jurés et même d'un expert
psychologue (?) qui aurait dit à l'audience : " il y a des incestes heureux". Au secours !


 

JT 17/12/2012 08:18


Dans sa simplicité et sa discrétion, ce témoignage est particulièrement intéressant. Il retrace un parcours intellectuel jalonné par des impressions et des détours brusques.


La théâtralité a une place éminente. Pour l'homme de théâtre que je suis, la mise en place technique des événements s'apparente à un plan de prévention avec ses indicateurs de danger et l'énoncé
des emplacements des acteurs. La forme ne quitte jamais le fond et on ne voit pas  de réelle différence entre le climat d'accueil et celui du drame proprement dit, seulement la peur qui
s'estompe.


C'est l'attention que le témoin porte à la chose qui transforme son opinion et non le rendu de Justice lui-même car, dans le cours des événements, la théâtralité des avocats vient interrompre la
technicité du développement et sollicite le coryphée de façon différente. Cette personne a jugé la justice avec une ponctuation incertaine et une syntaxe perturbée. La difficulté des affaires,
très discrètement évoquée, justifie l'insistance sur l'attention aux débats qui balise le parcours et non pas les personnes du procès. Ainsi, pas un mot sur les accusés, les témoins, le Ministère
Public. Entre la gentillesse de l'accueil et le fruit de l'expérience, il n'y a que les avocats dans la connotation déjà abordée.


Cette personne a totalement intériorisé le processus et l'a soumis à sa religion. En tant qu'ancien magistrat, coutumier des assises, cette personne fait partie de celles qu'il faut bien repérer
afin de ne pas oublier de recueillir leur parole au délibéré, on risquerait de passer à côté d'une réelle richesse.