Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guide de la protection judiciaire de l'enfant

Le "Guide de la protection judiciaire de l'enfant" est en téléchargement libre.

Pour l'obtenir cliquez ici.

Paroles de juges sur Facebook

Sur Facebook, les articles, et d'autres choses en plus.

C'est ici.

Publié par Parolesdejuges

Par Michel Huyette


  En cette journée de mobilisation des personnels de justice (29 mars 2011), qui veulent faire savoir aux français dans quelles conditions souvent déplorables leur justice est rendue, à cause de moyens matériels et humains très insuffisants qui font obstacle à des prestations de qualité maximale, l'association des jeunes magistrats a choisi un moyen humoristique de faire passer le message, sous forme de "petites annonces".

  Je vous laisse lire, c'est ici


  Ceux qui cherchent des informations plus exhaustives, sans doute moins amusantes, pouvent jeter un oeil sur le livre blanc publié par les magistrats du TGI de Paris. Vous verrez que les propos concernant le manque de moyens ne sont pas exagérés, c'est peu dire. (document ici)

  Deux exemples :

  Vous y lirez que dans l'un des services, en 2011 pourtant, 4 magistrats qui depuis longtemps ne font plus leurs recherches et ne rédigent plus leurs décisions à la main doivent se partager 1 ordinateur et 1 imprimante défectueuse.

  Vous lirez également que certains n'ont aucun bureau et ont donc l'obligation d'emporter les dossiers chez eux, loin parfois de leur juridiction.

  Et s'il n'y avait que cela...


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Xavier Collet 10/04/2011 16:12



Merci JMT pour votre témoignage, effectivement pour ne pas être moi-même magistrat, vous pour ne plus l'être, les récriminations de ceux qui le sont encore quant à leurs conditions de travail
nous échappent.


Il faut dire que beaucoup de magistrats sortis de l'ENM n'ont jamais connu la vraie vie, celle que l'on mène ailleurs sans trop se plaindre. Moi-même, ayant travaillé dans le privé avant
d'intégrer la fonction publique, je trouverais détestable de rester sur mon lieu de travail pour compléter ce qu'il m'est possible de compléter à domicile. J'espère donc n'avoir jamais
un bureau fixe et de matériel informatique neuf à disposition, pas plus que de véhicules de services, quant aux ordres de missions, aux factures à se faire rembourser, la paperrassie me
dissuade de trop en demander.  



Jolly Jumper 06/04/2011 12:36



Bonjour à tous,


M. Huyette, je m'apprêtais à poursuivre mes questions ... mais je n'ai pas eu de réponses à mon dernier commentaire... Ben, mince, alors
...


Je garde néanmoins la prochaine interrogation "au chaud"
...


Bonne journée,



Jolly Jumper 04/04/2011 18:05



M.Huyette, comme promis voici la suite des interrogations.


Voici le 6ème point : en cas d'une persistance d'un budget "anémié", amaigrissant la rémunération des experts et donc, avec risque d'une qualité affaiblie d'un
procès, faut-il déduire que les conséquences pourraient amener à des justiciables à rémunérer d'eux mêmes les expertises ? Pour les justiciables qui le peuvent... mais pour les autres ?


De plus, j'ai relevé que les aides versées par l'Etat pour un avocat étaient également carencées. Peut-on parler d'un risque d'une accentuation d'une justice à 2
vitesses ?


A très bientôt pour le 8ème point...



nicole fournerie 31/03/2011 20:55



Qu'avez-vous fait à MH, Jolly Jumper pour qu'il soit aussi patient et indulgent avec vous ?


Pourriez-vous expliquer ce que "solidarité" veut dire pour vous ?  Comment peut -elle se substituer à tout le reste dans un pays de droit ? Pensez-vous que la "solidarité" n'a aucun effet
pervers ou néfaste ou néfaste en soi ? Est-ce toujours et en toute circonstance, une "grande vertu" selon vous ? 



Jolly Jumper 31/03/2011 20:01



Et pour compléter mon commentaire ...


Le côté subjectif est difficile à "gérer" mais la raison et le discernement aident à faire la part des choses. Aussi, il est nécessaire
d'avoir un peu de temps et du recul afin de mieux comprendre les choses. Les personnes qui ne comprennent pas le côté "lenteur" est pourtant indispensable car entre temps, des événements nouveaux
peuvent intervenir ...


Bon week-end,



Jolly Jumper 31/03/2011 19:49



Monsieur Huyette, bonsoir,


Oui, j'avais bien discerné le côté affect ou non.


Effectivement, il y a la part subjective : il y a ce qu'on veut bien entendre et comprendre .. Là, sacré challenge !


A titre personnel, j'admets cette difficulté car quelque part, on a quand même besoin du côté positif ...


Merci de vos précisions et de votre patience à mes éternelles questions ...



Jolly Jumper 31/03/2011 19:08



Pour compléter mon dernier commentaire... afin qu'il n'y ait pas une mauvaise interprétation de mes propos : lorsque je parle de reconnaissance et d'affect dans le
métier de juge, je voulais dire que cette profession n'est pas "appréciée" par certains justiciables au vu de certains commentaires qu'on peut lire sur ce blog. Pour ma part, j'ai signalé le côté
positif de cette profession qui m'aurait plue.


Bonne soirée à tous,



Parolesdejuges 31/03/2011 19:43



La difficulté avec la justice, c'est qu'au milieu d'appréciation favorables ou défavorables argumentées et pleinement justifiées, s'expriment d'innombrables opinions subjectives, qui ne sont
fondées sur rien de réaliste. Si à la sortie des audiences on interrogeait uniquement ceux qui gagnent leurs procès, les éloges n'en finiraient pas.
Mais si on demande leur avis à ceux qui perdent et qui n'acceptent pas de ne pas avoir eu gain de cause...
C'est pour cela que le but des magistrats ne doit certainement pas d'être appréciés. C'est, quand cela est possible, de rendre une justice de qualité suffisante qui, de toutes façons, ne
satisfera jamais tout le monde.
MH 



Jolly Jumper 31/03/2011 12:52



Monsieur JMT, bonjour et merci vos réponses.


Je viens de lire votre message. Effectivement, je suis d'accord avec vous pour dire que la reconnaissance et l'affect de cette fonction sont plutôt effacés (il
suffit de lire quelques commentaires...).


Ce métier, à mon avis, présente un côté "recherche" qui ne m'aurait pas déplue : le petit détail qui éclaircit un dossier.


Vos idées sont intéressantes à lire.


Pour M. Huyette : que pensez-vous du système de visioconférence ?


Bonne journée,



JMT 30/03/2011 20:36



En général, j'ai très mauvais esprit et mon âge me permet de m'en foutre.


Quand j'étais magistrat, j'ai vu un greffier supprimer d'autorité l'abonement à la Semaine Juridique parce que c'était trop cher ????? Une tour informatique qui n'a jamais fonctionné, des bureaux
dégueulasses, des bibliothèques à l'abandon. Mais tout ceci est presque normal.


De la même façon, la voiture de service inaccessible, toujours réservée par ...devinez ?? Les frais pas remboursés, sous mille prétextes, une faible dotation refusé pour organiser une réunion de
coordination de services. J'ai payé de ma poche..............mauvais esprit.


Mais je ne trouve pas ça gênant, c'est le public, on compense par autre chose. Il y a aussi des divines surprises: un joli bureau, une greffière attentive, un greffier de choc, un Président
sympathique, des locaux propres même vétustes. etc....


En revanche, je ne comprends pas les récriminations sur le travail à domicile, l'utilisation de moyens perso etc....Aujjourd'hui, je travaille dans le privé et bien sûr, j'utilise mes
ordinateurs, ma bibliothèque, je prépare les interventions chez moi. Banal....mauvais esprit.


Pour les questions de Jolly Jumper, il y a même une Cour où il n'y a plus de médecin légiste, fatigué de n'être pas payé malgré son dévouement.


Il faut savoir qu'un service public ne sera jamais reconnaissant d'une action personnelle, ça n'est pas dans sa philosophie. Il ne faut pas avoir d'état d'âme, aucune affectivité, froid comme un
colin mayonnaise.  Ca a deux ordres de conséquences: un, on travaille parce qu'on aime ça, qu'on en a envie, la Nation, tout le discours bien pensant et moral, on met ça à la poubelle.
J'aimais mon travail, passionnément, mais tout le monde s'en foutait. Je le faisais quand même parce que je n'attendais rien de ma fonction que la satisfaction de la remplir au mieux de mes
possibilités et mon traitement.


Deuxième ordre; il n'ya pas de considération à avoir pour sa hiérarchie qui utilise sa fonction à partir de critères d'avancement plus proches de la politique. Ce n'est pas vicieux, c'est autre
chose, mais celui qui veut seulement faire son boulot, n'a que faire des déclarations des hiérarques. Ils causent, on fait. De temps en temps, ça coïncide, tant mieux.



Jolly Jumper 30/03/2011 20:18



Voici le 5 ème point qui m'intrigue : par souci d'économie, des séances de visioconférences sont proposées aux JAP mais ce moyen virtuel ne permet pas de décrypter
réellement ...De ce fait, le travail doit être plus difficile (?). Personnellement, j'ai un peu de difficultés avec ce système car, à mon avis, rien ne vaut le réel contact.


Pour le 6ème point : à la semaine prochaine...