Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guide de la protection judiciaire de l'enfant

Le "Guide de la protection judiciaire de l'enfant" est en téléchargement libre.

Pour l'obtenir cliquez ici.

Paroles de juges sur Facebook

Sur Facebook, les articles, et d'autres choses en plus.

C'est ici.

Publié par Parolesdejuges

 

  Claude HANOTEAU, magistrat ayant exercé de nombreuses fonctions tant en France qu'à l'étranger, propose un témoignage passionnant de son parcours judiciaire.

  Vous pouvez commander le livre en utilisant le bon de commande téléchargeable ici.
 
  Et voici ci-dessous la présentation de l'ouvrage par l'auteur.


                                                              *  *  *



  "Ce fut un long parcours judiciaire : Je le débutai comme auditeur de justice à Lyon en 1963 et y mis un terme en qualité de juge de proximité au tribunal d'instance de Manosque en 2010.

  Pendant ces quarante-sept années, je suis passé par beaucoup de ''cases'' : Juge d'instruction, vice-président, président de Cour d'assises, président d'un tribunal de grande instance, premier-président de Cours d'appel, directeur de l'école nationale de la magistrature et enfin juge au tribunal international siégeant à la Haye pour les crimes commis en ex-Yougolavie.

  De ce chemin, j'ai gardé des souvenirs forts que je voulais communiquer, estimant, peut-être de manière présomptueuse, qu'ils étaient porteurs d'enseignement et pouvaient constituer matière à réflexion. Je les ai consignés dans les pages qui suivent.

  Si des lecteurs, partisans acharnés du ''Y'a qu'à'', entrevoient simplement que rendre la justice n'est pas chose aisée, ces lignes n'auront pas été écrites pour rien!

 

  Claude Hanoteau, le 14/6/2012". 

 

 

 


Commenter cet article

Gaspard 08/08/2012 16:07


Merci énormément pour ce cadeau ! Je m'empresse de lire après les nombreux commentaires enthousiastes.

Daniel Gaudin 08/08/2012 12:47


Merci MY de m'avoir fait connaître Claude Hanoteau. Merci de transmettre à CH le plaisir que j'ai eu à le lire et donc à le découvrir. 


 

nicolefournerie 30/06/2012 21:58


Je viens de m'apercevoir qu'à propos de JJ R j'ai évoqué le tricentenaire de sa "mort" au lieu de sa "naissance" alors qu'avant de poster, j'avais vérifié qu'il était mort peu après Voltaire qui
avait alors 84 ans tandis que lui n'en avait que 66...C'est-à-dire mon âge !... 


Je ne manque jamais une occasion de me moquer de moi. C'est fait.


Néanmoins, ce lapsus calami en dit long sur l'idée que je me fais de mon avenir, après 12 ans d'ignominies inqualifiables et surtout non métabolisables.


 


 


 

nicolefournerie 28/06/2012 16:30


Merci d'accepter toutes mes excuses pour avoir mal othographié le patronyme de Claude HANOTEAU dont je respecte sincèrement le témoignage ensible, courageux et intelligent.   

nicolefournerie 28/06/2012 14:09


A propos de "confessions"(sic Me PR), comment ne pas rappeler celles de Jean Jeacques ROUSSEAU dont on fête ce 28 juin 2012 le tricentenaire de la mort (merci google !).
 


Mort avant la révolution, ROUSSEAU n'a pas pu vérifier la pertinence de sa pensée avant-gardiste et révolutionnaire... Comme nous pouvons le faire aujourd'hui en confrontant ses écrits au
monde affligeant dans lequel nous nous débattons... Enlisés que nous sommes dans un amoncellement d'absurdités. 


Mais dans cette désolation, je viens de trouver une "note" qu'un jeune musicien feint d'écrire à JJ R après avoir "découvert" son dictionnaire de la musique : "tu avais
découvert l'harmonie du jazz avant tout le monde. Ce qui démontre que tu avais en toi la note juste, tes détracteurs étaient fausses notes, c'est surtout eux que les hommes ont suivis pour
construire de toutes pièces un monde cruel." 


Je ne connais rien du "dictionnaire de la musique" de Rousseau - que je relis pourtant avec intérêt tandis que Voltaire m'indispose encore plus que quand j'étais adolescente - mais
"la note juste" évoquée ici me semble valoir quête universelle et intemporelle de tout "honnête homme" comme l'est à l'évidence le juge HANNOTEAU dont je n'ai pas fini de lire le
témoignage que je trouve moi aussi émouvant et passionnant. Merci MH.


Et bon anniversaire Jean Jacques ! Tu n'as pas pris une ride, tu es toujours dans le coup. C'est dire que ceux qui t'ont chassé et pourchassé pour te faire taire ont échoué...D'ailleurs, tu vas
vite revenir "à la mode" comme d'autres philosophes que tu n'as pas connus et que des infatués ont prétendus démodés sans même les avoir lus ! Et oui, les cuistres sont toujours aussi
nombreux... 

Jolly Jumper 28/06/2012 12:34


Bonjour à tous,


Que dire ?... Passionnant !


Très agréable de rappeler et de lire, à travers les histoires, la partie "grise" de la personnalité de l'être humain : rien n'est franchement blanc, ni noir et
que les critères de catégorie socio-professionnelle ne sont pas forcément fiables pour distinguer les égarements qui peuvent concerner tout le monde ... D'où le "Ya-Qu'à" à éviter
comme le souligne fort justement l'auteur...


Merci,

Christian Coste 26/06/2012 00:55


Ceux qui connaissent l'auteur le retrouvent, avec infiniment de plaisir, tel qu'en lui-même. Ceux qui le découvrent ont la chance d'embrasser, d'un seul coup d'oeil, toute une époque judiciaire,
en pleine mutation, au carrefour des émotions, des pressions, et des combats pour une meilleure justice. Merci de ce superbe témoignage ! Sa mise en ligne sur l'internet a belle allure, comme sa
dédicace.  Avec de telles références, on ne peut désespérer de la Justice...

Pascal Rolland Avocat 25/06/2012 21:59


Bonsoir, un témoignage touchant et ô combien authentique que ce récit d'une carrière de magistrat. Je pense malheureusement que la condition du juge a passablement empiré. Il fallait du
courage et mettre sa pudeur de côté pour écrire ces confessions. Bien à vous. Me PR

Marie 25/06/2012 15:02


Je garde un souvenir ému de mon Directeur lorsque j'étais à l'ENM, et particulièrement de son discours de bienvenue, la veille de ma prestation de serment d'auditrice. Le lendemain, je n'osais
plus traverser une rue en dehors des clous, tellement il avait insisté sur notre devoir d'être irréprochable dans notre quotidien !


Et de manière plus anecdotique, de ses éternels noeuds papillon !