Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guide de la protection judiciaire de l'enfant

Le "Guide de la protection judiciaire de l'enfant" est en téléchargement libre.

Pour l'obtenir cliquez ici.

Paroles de juges sur Facebook

Sur Facebook, les articles, et d'autres choses en plus.

C'est ici.

Publié par Parolesdejuges

Par Michel Huyette

  Dans un procès d'assises, ce qui compte c'est uniquement ce qui est dit à l'audience. En effet, les seuls à avoir lu le dossier écrit sont le président, le procureur, les avocats et leurs clients (accusé et partie civile). Les deux magistrats qui siègent à côté du président, de même que les jurés, ne connaissant rien de l'affaire avant d'entrer dans la salle d'audience, et au moment de se retirer pour délibéré ils n'en auront appris que ce qui aura été apporté au cours des débats. Si à l'audience le président fait parfois présenter à la cour quelques extraits du dossier (plan des lieux, photos d'une reconstitution etc..), il ne s'agit que de quelques rares pièces extraites de dossiers qui la plupart du temps en contiennent des centaines.

  D'où, pour chacun, l'importance de pouvoir présenter oralement ses arguments. Et cela concerne en premier lieu l'accusé qui doit être en mesure de s'exprimer aussi amplement qu'il le souhaite.

  Mais dans ce procès là, les choses ne se sont pas déroulées comme d'habitude.

  Sans doute à cause du crime commis - totalement reconnu devant le juge d'instruction -  ayant entraîné la mort d'un jeune homme, et du poids de la culpabilité qui en découle, probablement d'une part de honte, et certainement comme nous l'avons constaté à cause d'un niveau intellectuel très modeste, l'accusé est apparu très mal à l'aise dès le premier jour.

  A la fin de la première journée il a dit qu'il ne se sentait pas bien, et le lendemain matin il a refusé de quitter la prison et de venir à l'audience, en prétendant être malade.

  J'ai alors désigné un médecin expert qui l'a examiné à la maison d'arrêt, et qui a conclu qu'il n'existait aucune raison médicale pouvant justifier qu'il ne vienne pas à l'audience. Mais l'accusé a persisté dans son refus d'être extrait de la maison d'arrêt.

  L'usage de la contrainte ne m'est pas apparu immédiatement opportun. J'ai pensé qu'il était possible de lui laisser quelques heures de réflexion.

  Cette absence a entraîné la colère, bien compréhensible, de la femme et de la mère de l'homme qui avait été tué par cet accusé, et qui voulaient entendre ce dernier expliquer le pourquoi et les circonstances de son geste. Contrairement à ce que l'on répète trop souvent, un procès ne permet en rien de "faire son deuil". Mais il permet parfois de mieux comprendre, les mots pouvant de temps en temps remplir certains vides.

  En tous cas je voyais en face de moi ces deux femmes, furieuses, et qui sont venues dire à la barre combien l'absence de l'accusé était pour elle une nouvelle et insupportable violence.

  Quelques instants plus tard, j'ai appelé l'une des soeurs de l'accusé, dont le témoignage était prévu ce jour là.

  Quand je l'ai invitée à s'exprimer, elle a commencé en disant qu'avant de donner son point de vue sur son frère, elle souhaitait s'adresser à la femme et à la mère de la victime.

  En quelques mots, en quelques phrases que l'on sentait pleines d'émotions, elle a dit à quel point elle comprenait que l'absence de son frère puisse être très mal perçue, et qu'à la place des parties civiles elle aurait certainement réagi de la même façon.

  Puis, dans ce qui lui a probablement demandé un redoutable effort, elle s'est retournée vers les deux autres femmes et a dit : "Quand j'ai su que mon frère n'était pas là je me suis un instant demandée si je devais partir aussi. Mais très vite j'ai pensé que je devais rester pour vous deux, parce que si j'aime toujours mon frère, je me sens aujourd'hui tout aussi proche de vous qui souffrez tellement à cause d'un membre de ma famille. Voilà pourquoi j'ai décidé de rester là, avec vous, près de vous, juste derrière vous".

  Un procès d'assises, ce sont des faits dramatiques, quelques vérités, un peu de sincérité, mais aussi des mensonges, des supercheries, et trop souvent de nouvelles douleurs.

  Mais parfois, au milieu de ce qui apparaît bien gris, l'espace d'un instant, on quitte le drame pour vivre un moment de générosité, de solidarité, d'humanité, dans sa plus sincère et sa  plus profonde expression.

  Et le soir on repart chez soi avec une image qui ne nous quittera plus jamais.




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ROUCAYROL Peggy 16/05/2009 00:21

C'est principalement en raison de ce genre d'évènement que j'aurais souhaité vraiment travailler dans un tribunal, que ce soit côté magistrat ou côté avocat. Parce qu'en effet, eu delà de la gestion immédiate d'un conflit, ce sont des vies humaines qui sont en jeu, la liberté, la détention, qui ne dépendent au fond que de la façon dont chacun se sera exprimé. c'est un endroit où la parole a une très grande place, où le respect de l'homme et de sa vie doit primer, et d'où doivent sortir des gens entendus, et si possible, apaisés, ce que je conçois comme très difficile à obtenir. J'aurais voulu vraiment participer à ce travail là... je doute que ça se réalise un jour...Merci de ce témoignage.Je ne peux m'empêcher de faire un aparté ici pour vous communiquer ce que je considère comme une excellente nouvelle, encourageante, et exemplaire. J'espère que la France suivra l'exemple de la Suisse. Il le faut pour que les gens aient plus de chances de guérir de ces maladies réputées incurables par le corps médical conventionnel. Voici ce lien :http://www.guerir.fr/Members/david_servan_schreiber/anticancer-1/archive/2009/05/14/reconcilier-la-medecine-lexemple-de-la-suisse/weblogentry_view#1242334098merci pour ce blog.

nicole fournerie 15/05/2009 16:08


Pourriez-vous nous faire savoir si cette sœur de l’accusé avait eu à souffrir personnellement de certains comportements de son frère ?

Merci beaucoup de me répondre.

Parolesdejuges 15/05/2009 20:27


Il me semble que non.
MH


nicole+fournerie 13/05/2009 17:38

J'ignore de quelle affaire il s'agit mais ce que vous transcrivez de l'attitude de la soeur de l'accusé m'a fait pleurer. De ces pleurs que l'on verse face à la beauté qui veille toujours aux portes de la justice...D'ailleurs, les assoiffés de sens sont toujours et en tout lieu des assoiffés de beauté. La beauté étant comme le combat de "Dieu" et du "Diable" avec le coeur de l'homme pour champ de bataille...Merci.