Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guide de la protection judiciaire de l'enfant

Le "Guide de la protection judiciaire de l'enfant" est en téléchargement libre.

Pour l'obtenir cliquez ici.

Paroles de juges sur Facebook

Sur Facebook, les articles, et d'autres choses en plus.

C'est ici.

Publié par Parolesdejuges

 Par Hélène Bittard


Les magistrats du siège rendent la Justice.....


Le feraient-ils sans humanité et sans humilité ?


Comment travaille un magistrat qui a exercé pendant plus de dix ans des fonctions de Juge aux Affaires Familiales ?

il s’est employé journellement à entendre les hommes, les femmes et les enfants dont les familles se disloquent, il a reçu à de multiples reprises la parole des enfants expliquant les blessures reçues de leurs parents ou de l’un d’eux à l’occasion du conflit familial, racontant la disparition de leur foyer et leur vie d’enfants itinérants, il a passé ses journées et ses soirées à réfléchir aux meilleures solutions à mettre en place, dans le cadre d’une reprise de dialogue entre les conjoints, pour aider les familles à surmonter ce cap douloureux,

un tel magistrat peut-il manquer d’humanité et d’humilité?


Comment travaille un magistrat qui a siégé régulièrement pendant plus de vingt ans dans les Cours d’Assises ?

il a entendu et vu à peu près tous les parcours humains, toutes les misères de l’enfance, toutes les blessures graves à l’innocence, à la santé, à la vie subies par des victimes si atteintes dans leur vie, leur chair, leur esprit, qu’elles ne peuvent parfois trouver la force d’exprimer leur douleur à la barre de la Cour; il a dû porter, dans le secret de ses réflexions, à la fois avec les accusés et les victimes, le poids du mal souvent irréparable qui a été fait et subi,

un tel magistrat peut-il manquer d’humanité et d’humilité?


Comment travaille un magistrat qui a siégé régulièrement pendant plus de vingt ans aux audiences correctionnelles ou les a présidées ?

il a vu s’expliquer et s’exprimer à la barre des tribunaux correctionnels des milliers de personnes de tous âges, tous milieux, toutes professions, il a vu toutes sortes d’atteintes physiques, psychologiques, morales, financières à la vie des victimes, il a connu tous les parcours chaotiques des prévenus, toutes les formes de perversité,

un tel magistrat peut-il manquer d’humanité et d’humilité?


Bien d’autres fonctions exercées habituellement par les magistrats du siège pourraient encore être évoquées....


Tout ceci s’appelle l’expérience; l’expérience de l’humain, de l’humanité, de l’âme humaine. Elle est parfois cruelle à acquérir, difficile à supporter. Elle implique nécessairement une profonde humilité, elle requiert une grande capacité d’écoute.


Comment un magistrat, dont le quotidien consiste à à peu près tout écouter, tout entendre et tout lire au fil des années........................... peut-il manquer d’humanité et d’humilité ?


Et pourquoi, à priori, un magistrat serait-il dépourvu de la sensibilité qui lui permet de recevoir,......................... avec humanité et humilité, et j’ajouterai avec intelligence et respect, ce qui lui est confié ?

Commenter cet article

Yaovi 02/06/2008 14:52

Je vous remercie madame pour la qualité de votre réponse qui m'encourrage à poursuivre ma volonté d'amélioration de la justice familiale actuelle.

Hélène Bittard 02/06/2008 13:40

 
Ecrire pour décrire certaines réalités implique nécessairement un questionnement ancien sur la qualité des pratiques judiciaires. Mais chacun est libre de percevoir les choses comme il l’entend.
 
En ce qui concerne la question que vous soulevez sur le rôle du père, en matière de contentieux familiaux: vous avez tout à fait raison, à mon sens, de rappeler qu’un enfant a besoin de ses deux parents pour se construire. Et par les questions que vous posez et les exemples concrets que vous donnez, vous expliquez très bien une réalité qu’il est, précisément, nécessaire d’exposer.HB

Yaovi 30/05/2008 11:13

Mme BITTARD
Pardonnez-moi, mais votre texte est
effrayant. Et en le lisant je ne peux m'empêcher à
Fernand RENAUD qui disait: « Je ne suis pas un imbécile
puisque je suis douanier »
Parce que le présupposé
qu'un juge est forcement plein d'humilité et d'humanité
est une belle connerie. Cela ne fait qu'illustrer tout l'aveuglement
que vous avez sur votre propre profession. C'est certainement parce
que beaucoup d'entre vous fonctionnent avec un tel présupposé,
que l'ensemble de la profession de juge n'a pas été
foutu de mettre en place, le moindre outil de mesure de la qualité
de son travail. Pas le moindre outil d'évaluation des
conséquences des décisions prises sur le court et le
long terme. Et au lieu de passer son temps à faire des crises
identitaires en criant « je suis un être humain, moi
aussi, ayez une autre image de moi ». Vous feriez mieux de
vous bouger pour que le système dans lequel vous travaillez
soit moins inhumain et moins élitiste (entre autre
financièrement).
Je ne m'étalerai pas sur les
dizaines de comportements inadmissibles dont j'ai été
témoin et victime tant au familial qu'en correctionnelle
durant 13 années. Par exemple le 18 décembre 2007 un
JAF de Nanterre me déclare: « il est inconcevable
qu'un père puisse s'occuper d'un enfant de moins de dix ans,
vous n'avez qu'à refaire votre demande de changement de
domicile plus tard ». Je suppose que c'est sa longue
expérience, qui l'autorisait à avoir une position aussi
purement sexiste.

Et pour quel résultat: En
justice familiale c'est plus de 35% de gamins qui n'ont plus aucun
contact avec le parent n'ayant pas la résidence principale en
moins de trois ans. Et presque 30% supplémentaires qui ont le
droit de voir l'autre parent en moyenne 2 jours par mois. A moins que
le présupposé soit que l'enfant n'a pas besoin de ses
deux parents et que donc la convention des droits de l'enfant est une
connerie. Vous êtes vous posez la question madame, comment on
peut devenir parent en ne voyant un enfant que deux jours par mois ou
moins encore? Le résultat de cette grande expérience et
humanité des juges aux affaires familiales est donc simplement
celui-ci : au vu de l'intérêt de l'enfant, c'est
clairement une maltraitance institutionnalisée qui se pratique
en France (dixit votre propre ministère). Avec ces grands
présupposer madame, pourquoi tous ces juges si pleins
d'humanité et d'expérience en sont-ils arrivé à
un tel résultat collectif. À cause de moutons noirs ou
du manque de moyens? Cela serait un peu facile de prendre toujours
des boucs émissaires.
Imaginez quelqu'un dont le véhicule
est tellement vétuste qu'elle entraine un danger pour les
autres. Pas pour tout le monde, mais pour beaucoup. Vous diriez quoi
à ce conducteur ayant brisé des vies sans même
s'arrêter ou regarder en arrière, qui soutiendrait à
tous: n'ayez pas une mauvaise image de moi, je suis un être
humain plein de sensibilité et de compassion.
Si l'on vous renvoie un sentiment d'inhumanité, les gens qui le font ont certainement de très bonnes raisons de le faire et ce n'est en rien un simple problème médiathique. Au lieu de clamer "si si je suis un humains sennsibles" vous feriez mieux de vous poser les question du pourquoi de ce ressentiment.
Pardonnez moi, mais sur le fond votre article est effrayant

Emilie 21/05/2008 22:33

Je découvre votre blog et voudrais vous dire merci, je passe le concours de l'ENM cette année, au mois de juin et je crois que votre blog va m'aider à comprendre certaines choses, je l'ai juste parcouru mais je compte bien m'y attarder plus longuement.Pouvoir avoir un contact avec des magistrats me parrait important, c'est vraiment un métier qui me passionne, j'espère vraiment avoir le concours, peut-être pas cette année mais l'année prochaine.J'habite pas très loin de Charleville Mézières et j'ai eu l'occasion d'aller au procès Fourniret quelques fois, je voudrais y aller demain pour le réquisitoire, à chaque retour je me demande comment font les magistrats mais égallement toutes les personnes qui ont travaillé sur ce dossier pour rentrer chez elles le soir et décrocher.Ca doit être vraiment très lourd mais c'est vraiment ce que je veux faire.

Jérôme Messinguiral 21/05/2008 10:09

Les questions que vous soulevez sont légitimes, on ne peut nier l'humanité et l'humilité des juges, néanmoins on peut trouver une réponse : le manque de temps et la multiplicité des dossiers laissent ils assez de temps pour rendre un verdict qui sois juste ? la foration de smagistrats est elle suffisante pour leur permettre d'appréhender les dossiers avec des concepts ancrés dans le réel (l'archaïsme de certaines décisions tendent à prouver que non).Et enfin que penser de certains avocats (sans être la majorité il m'a été rapporté beaucoup de ces comportements) qui pousse son client à salir la partie adverse pour avoir plus de chance de gagner en justice familiale, la procédure ressemble trop à un ring de boxe pour aider les parents à apaiser le conflit, et 10 minutes par dossier pour un juge qui parfois vient d'arriver en poste tout frais de l'ENM est ce bien raisonnable ? Alors oui il faut arrêter de tirer à boulets rouges sur les juges mais il faut trouver des solutions qui reconcilieront la justice et les justiciables et qui enfin prendront en compte le réel intérêt de l'enfant : être et pouvoir être avec ses deux parents aussi souvent que possible  sereinement.Vous vous demandiez comment un magistrat pouvez manquer d'humilité et d'humanité, mo je me demande comment l'institution justice peut elle empêcher les magistrats de faire leur boulot correctement et pourquoi la formation initiale et continue des magistrats est elle aussi pauvre sur les évolutions des familles, une multiplicité de familles = un faible nombre de traitements différents.Et si ce n'était pas les magistrats qui manquaient d'humanité et d'humilité mais bien les procédures ? pourquoi ne trouverait on pas un moyen de désarmer le conflit pour mettre les enfants à l'abri avant toute décision du mode de garde, quand c'est possible mettre une résidence partagée (je ne parle pas de résidence à 50/50, au delà de 60/30 la résidence est considérée comme partagée, actuellement les dvh "classiques" ne correspondent plus dans la plupart des cas à l'implication grandisante des pères dans la sphère privée et éducative et surtout émotionnelle de l'enfant quelque soit son âge) l'attachement aux deux parents se fait très tôt, pourquoi priver l'enfant de l'un des parents ? c'est le culpabiliser et c'est un facteur d'exclusion parental sournois, l'enfant se sentant coupable inconsciemment brise les liens pour ne pas avoir à supporter le regard du parent auquel il a été arraché. Il existe une multitude de possibilités, il serait temps d'en prendre compte dans les rendus de justice...Vous voyez il n'y pas d'omerta sur les magistrats mais bien une attente commune de solutions bénéfiques prenant en compte plus profondément l'intérêt de l'enfant...Cordialement.