Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guide de la protection judiciaire de l'enfant

Le "Guide de la protection judiciaire de l'enfant" est en téléchargement libre.

Pour l'obtenir cliquez ici.

Paroles de juges sur Facebook

Sur Facebook, les articles, et d'autres choses en plus.

C'est ici.

Publié par Parolesdejuges

Mauvaises filles    (Bibliographie)

 

Il y a parfois des livres comme celui-là. On le prend en pensant le survoler rapidement, en quelques minutes, et l'on se rend compte un long moment plus tard que l'on est encore dedans. Comme absorbé par son contenu.

C'est le cas du livre proposé par Véronique Blanchard et David Niget, intitulé "Mauvaises filles, incorrigibles rebelles" (cf. ici), et publié aux éditions Textuel (leur site).

Le livre est présenté de la façon suivante par l'éditeur :

"Si les « mauvais garçons » ont leurs héros, de Gavroche à Joey Starr en passant par James Dean, les « mauvaises filles » sont les invisibles de l’histoire. Dans cet ouvrage, Véronique Blanchard et David Niget dévoilent ces ombres fugaces qui surgissent au détour d’archives médicales ou judiciaires : « vagabonde », « hystérique », « fille-mère », « prostituée », « fugueuse », « cheffe de bande », « punk », « crapuleuse »… Par le biais d’une vingtaine de portraits incarnés de « mauvaises filles » jugées immorales, de 1840 aux années 2000, ils rendent un visage et une histoire à ces destins orageux. Ils cartographient les lieux qu’elles traversent ou qui les enferment – lieux de perdition (fête foraine, guinguette, bal), de coercition (internat, couvent, prison, asile), de soumission (maison close, foyer familial). Étouffées et contraintes depuis des décennies par le poids des normes juridiques, religieuses, médicales, familiales, ces mineures « incorrigibles et rebelles » ont néanmoins fini, par leurs résistances, par devenir des actrices du changement social, culturel et politique. Alors, déviantes ou dissidentes ? "

Le livre est d'abord magnifique. Par sa mise en page très réussie. Et du fait de la présence d'innombrables documents d'époque qui accompagnent les textes (photographies, dessins, lettres, registres, bandes dessinées etc..).

Il est ensuite émouvant. Parce que les auteurs et l'éditeur ne nous proposent pas seulement des histoires. Ils nous offrent des documents d'époque qui nous font entrer en contact avec les personnages.

Comment rester indifférent en croisant ces visages qui nous parlent, en regardant ces photographies de lieux et de gens. En ayant sous les yeux les dessins et petits mots écrits par des jeunes filles enfermées dans des établissements d'éducation. En découvrant, à travers ses propres mots, le contenu de la lettre d'un père demandant au président d'un tribunal pour enfants, en 1886, l'enfermement de sa fille âgée de seulement 11 ans. Ou en étudiant la décision d'une cour d'assises statuant en 1931 dans une affaire d'infanticide maternel.

Le livre nous pousse aussi à la réflexion. Il nous invite à réfléchir à notre regard sur ceux qui pour diverses raisons ne suivent pas la route du plus grand nombre.

Pour toutes ces raisons c'est un livre vraiment exceptionnel que nous offrent les éditions Textuel.

L'un de ceux que l'on a bien du mal à refermer, et auquel on continue à penser longtemps après l'avoir rangé dans une étagère de la bibliothèque.

 

 

 

Commenter cet article