Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guide de la protection judiciaire de l'enfant

Le "Guide de la protection judiciaire de l'enfant" est en téléchargement libre.

Pour l'obtenir cliquez ici.

Paroles de juges sur Facebook

Sur Facebook, les articles, et d'autres choses en plus.

C'est ici.

Publié par Parolesdejuges

 

Lors de l'audience de rentrée de la cour de cassation, le 12 janvier 2015, le premier président de la cour de cassation s'est exprimé à propos, notamment, de la possibilité offerte aux justiciables de saisir le Conseil Supérieur de la Magistrature (sur ce sujet lire aussi ici, ici, ici). Il s'est exprimé en ces termes (texte intégral ici) :

 

"Le Conseil a reçu près de 1300 de ces plaintes en quatre ans. La question qui était posée par la réforme était celle du quadrillage, suffisant ou non, de la déontologie des magistrats par les anciennes autorités de saisine du Conseil supérieur de la magistrature en matière disciplinaire que sont le ministre et les chefs de cour.

Or, il s’avère qu’aucune des plaintes directes des justiciables n’a donné lieu à sanction disciplinaire par le Conseil supérieur de la magistrature sortant. Le corporatisme n’en est pas l’explication comme l’idée pourrait en venir à certains. La loi a prévu cet écueil en effet en disposant que la commission d’admission des requêtes est composée de quatre membres, deux magistrats et deux non magistrats, et qu’en cas de partage égal des voix, le magistrat objet de la plainte est renvoyé devant le Conseil supérieur de la magistrature.

La véritable explication de l’insuccès de cette nouvelle formule réside en réalité dans la confusion qui s’est installée dans l’esprit de nombreux plaignants entre la voie de recours ouverte contre une décision qui déplaît et la plainte contre un magistrat qui manque à ses devoirs.

En dépit de cette méprise, le contrôle disciplinaire des magistrats demeure efficient et efficace. J’en veux pour preuve les 39 décisions rendues durant sa mandature par le Conseil sortant, ce qui montre que l’on est bien loin de l’impunité parfois alléguée avec légèreté."

 

 

Commenter cet article

Data 20/03/2015 18:04

En fait la majorité des plaintes concernent l'attitude partiale ou dénigrante de magistrats lors de débats contradictoires.
Hors, c'est la parole d'un magistrat assermenté face à un prévenu.

Comme le souligne le csm sur ces plaintes, il n'y a jamais de preuves, et pour cause !!

nicole 17/01/2015 18:23

J'avoue que les discours du nouveau Premier Président de la Cour de Cassation me laissent souvent - sinon toujours - perplexe. Impossible pour moi de les commenter sincèrement sans risquer d'être aussi désobligeante à son égard qu'il l'est naturellement vis-à-vis des justiciables...
Quel manque de discernement mais aussi de modestie pour croire et vouloir faire accroire que ceux qui saisissent le CSM seraient aussi stupides qu'ils ne comprendraient rien des lois qu'ils doivent pourtant respecter.